Des poissons féminisés au contact des œstrogènes

Le 24 mai 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le rejet dans les cours d'eau de petites quantités d'œstrogène, hormone sexuelle femelle «féminise» les poissons mâles et pourrait compromettre la survie des populations de poissons sauvages: c’est le résultat d’une étude canado-américaine publiée mardi 22 mai. Les chercheurs du ministère canadien des pêches et de l'Agence américaine pour la protection de l'environnement (EPA) ont ajouté pendant 7 ans dans un lac artificiel du nord de l'Ontario une concentration d'œstrogène synthétique similaire au niveau que l'on trouve dans les eaux usées des grandes villes canadiennes -lequel provient en quasi-totalité des résidus de pilules contraceptives. Les petits poissons mâles observés, des têtes-de-boules, ont produit un sperme moins fertile, et des protéines d'œuf (et dans certains cas des œufs) ont été retrouvés dans leurs testicules. Ces effets ont aussi été remarqués sur de plus gros poissons qui se nourrissent des têtes-de-boules, une espèce dont les pêcheurs se servent souvent comme appât. Des études précédentes avaient déjà souligné que des poissons en contact avec l'œstrogène pouvaient se féminiser, mais aucune n'était parvenue à identifier l'impact de cette transformation sur la survie d'une population.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus