Des "pluies efficaces" très attendues

Le 20 octobre 2004 par Loïc Chauveau
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

En septembre 2004, le niveau de la plupart des nappes phréatiques est encore orienté à la baisse selon l’indicateur du Bureau de recherche géologique et minière (BRGM). Les pluies d’automne sont donc très attendues pour officialiser le début de la recharge hivernale.

C'est en automne et en hiver que les nappes souterraines se rechargent soit directement par les pluies, soit par l'infiltration du manteau neigeux des montagnes. Les pluies efficaces sont celles qui alimentent les ressources en eau soit par écoulement dans le réseau des rivières, soit par infiltration dans le sol. Au printemps et en été, une grande partie de l'eau s'évapore immédiatement ou est absorbée par la végétation ce qui n'est pas le cas en automne et en hiver. Selon le Réseau national des données sur l'eau (RNDE), en France métropolitaine la moyenne annuelle des précipitations est estimée à 479 milliards de mètres cubes. Sur ce volume, 297 milliards sont immédiatement évaporés. 80 milliards de mètres cubes s'écoulent en surface et 100 milliards s'infiltrent dans les nappes souterraines.

Le bilan de l'année 2004 se joue donc dans les prochaines semaines. Selon les observations du BRGM, les niveaux des nappes souterraines sont sensiblement inférieurs à la normale dans les régions de Picardie, Nord-Pas de Calais, Champagne-Ardenne, Lorraine, Alsace, Bourgogne, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elles sont proches de la normale partout ailleurs. Les niveaux sont très inférieurs à la normale pour les nappes sans grandes réserves ou très sollicitées comme les aquifères non crayeux de l'Avesnois et du Boulonnais dans le Nord, de certaines nappes du nord de la région Rhône-Alpes (pays de Gex et pays genevois), de la partie Est de la nappe de la craie du bassin de Paris ou des nappes des formations calcaires fissurées de Champagne-Ardenne.

La recharge hivernale 2004 est d'autant plus surveillée qu'elle fait suite à une année 2003 marquée par la sécheresse. L'an dernier, les pluies efficaces ont été très variables d'une région à l'autre. Elles ont été déficitaires dans le quart Sud-Ouest de la France et dans le Nord-Est. La sécheresse a débuté dès février pour tourner en canicule lors de l'été. Dans le Sud-Ouest, les nappes ont donc été très sollicitées pour l'irrigation. Rapportée à la moyenne calculée sur la période 1946-2002, les données de l'année 2003 montre un visage très contrasté. Le Sud-Ouest et le Nord-Est présentent des bilans très négatifs tandis que le Sud-Est a été marqué par de fortes précipitations automnales.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus