Des phtalates dans les cheveux d’Hidalgo et Ries

Le 11 décembre 2018
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article

Ils en ont cherché, ils en ont trouvé… Anne Hidalgo et Roland Ries, respectivement maires de Paris et de Strasbourg, ont donné une mèche de cheveux pour la science, comme une quarantaine de leurs adjoints. Deux phtalates ont été dosés (le DEHP et le DBP) et retrouvés dans des concentrations variant de 1 à 50. «Cette molécule est emblématique des perturbateurs endocriniens dans la mesure où elle induit les grandes maladies chroniques chez l’enfant et l’adulte, principalement après exposition pendant la grossesse (obésité, diabète, troubles de la reproduction et du comportement, cancer du sein, asthme….), rappelle le réseau Environnement Santé, qui a piloté l’opération. Elle est classée cancérogène et toxique pour la reproduction, et interdite en conséquence en Europe dans plusieurs usages comme les cosmétiques et les jouets.»

Ce coup de projecteur sur ces substances invisibles permet d’illustrer l’opération ‘zéro phtalate’ menée par les deux capitales, toutes deux signataires de la charte ‘Villes et Territoires sans perturbateurs endocriniens’.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus