Des pesticides même dans les vins bio

Le 02 octobre 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Château Guiraud est le 1er grand cru classé du Bordelais certifié
Château Guiraud est le 1er grand cru classé du Bordelais certifié
DR

Les pesticides n’épargnent aucun vin français, même ceux labellisés bio, révèle une enquête publiée dans le numéro d’octobre de Que Choisir.

Parmi les 92 vins analysés, la palme revient au bordeaux Mouton Cadet, dont le millésime 2010 comporte 14 pesticides différents, pour une teneur totale de résidus de 450 microgrammes par kg (µg/kg). C’est aussi dans le Bordelais que l’on trouve le vin le plus chargé en résidus, avec 1.682 µg/kg pour le château Roquetaillade-le-Bernet 2011, un Graves blanc [1].

En règle générale, les vins blancs comportent le plus de résidus de pesticides (242 µg/kg), devant les rouges (114 µg/kg) et les rosés (95 µg/kg). D’un point de vue géographique, les vins de Bordeaux et de Champagne semblent en général plus chargés: la pluviométrie y favoriserait les parasites, et donc le recours aux pesticides, expliquent les auteurs de l’enquête.

S’ils sont indéniablement moins pollués que les vins conventionnels, ceux issus de l’agriculture bio ne sont pas exempts de résidus, probablement du fait qu’ils voisinent des cultures non-bio. Selon l’article, «la plupart ne contiennent qu’un ou deux résidus à l’état de traces [contre 4 en moyenne pour les vins conventionnels]. Toutefois, 4 bouteilles sur 10 hébergent des teneurs non négligeables de phtalimide», un métabolite du fongicide Folpet.

Pas de LMR pour le vin

Ces résultats sont similaires à ceux publiés en 2008 par le Pesticides Action Network Europe (PAN-Europe), au terme d’une enquête menée sur 40 vins provenant d’Europe, d’Afrique du Sud, d’Australie et du Chili. Seule différence: les 6 vins bio analysés ne contenaient aucun résidu de pesticides, à l’exception d’un seul, produit en Bourgogne.

A ce jour, il n’existe en France de limites maximales de résidus (LMR) que pour les raisins de cuve, et non pour le vin. Aucun contrôle officiel n’a donc lieu sur le produit fini, contrairement à d’autres pays tels que les Etats-Unis, le Canada, le Japon et la Suisse.

La vigne est une culture fortement consommatrice de pesticides: n’occupant que 3,7% de la surface agricole utile (SAU), elle accapare 20% du total des pesticides utilisés chaque année en France.

 

[1] Soit un niveau 3.364 fois supérieur à la concentration maximale admissible (CMA) en vigueur pour l’eau potable, fixée à 0,5 µg/kg!



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus