Des pesticides encore en vente libre dans la moitié des magasins

Le 11 juillet 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Dans 44% des magasins, on trouve encore des pesticides dangereux en vente libre
Dans 44% des magasins, on trouve encore des pesticides dangereux en vente libre

Une enquête publiée ce 11 juillet par l’association de consommateurs CLCV montre que l’interdiction des pesticides n’est pas respectée dans 44% des points de vente de l’Hexagone.

 

Inutile de chercher très loin un désherbant. Il est possible de trouver du Roundup comme du Fertiligène anti-repousse en libre-service dans près d’un magasin sur deux, en violation de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt (LAAF) qui interdit ce type de vente depuis le 1er janvier 2017.

Seuls les produits dits ‘biocontrôlés’, comme la bouillie bordelaise, devraient être accessibles, et les autres placés dans un espace dédié, auquel seuls des vendeurs spécialisés devraient avoir accès. Avant d’être définitivement bannis des magasins ouverts au grand public en 2019, leur vente doit s’accompagner de conseils d’utilisation.

 

Trois mois de contrôles-surprises

Pour évaluer l’ampleur des infractions, la CLCV a réalisé, entre le 31 mars et le 31 mai 2017, 158 contrôles au sein d’enseignes situées dans 32 départements. Il s’agit à 80% d’enseignes spécialisées comme Mr Bricolage, Bricomarché, Castorama, Jardiland et Truffaut, et à 20% de grandes surfaces disposant d’un espace dédié au jardinage.

La grande distribution affiche d’ailleurs les plus mauvais résultats, avec 49% de produits interdits vendus en libre-service contre 30% dans les enseignes spécialisées.

 

Recherche conseils désespérément

Lorsqu’un espace fermé existe au sein d’un magasin, avec stockage des produits les plus dangereux, l’absence d’un vendeur donnant les conseils d’utilisation et de prévention a été relevée dans 40% des cas.

Et lorsqu’un vendeur spécialisé a pu être interrogé, ses conseils se sont avérés largement incomplets dans un tiers des cas. «Des éléments essentiels comme les conséquences sur un chien ou un potager, sur le recours à des protections (masques et gants) et sur la méthode d’utilisation ont été complètement passés sous silence», relève la CLCV.

La situation est aussi alarmante sur les sites de vente en ligne où de nombreuses plateformes permettent d’acheter les pesticides les plus dangereux en un clic sans aucune information spécifique.

 

Contrôles et formations

Environ 66.600 tonnes de pesticides sont utilisées par an en France. Ce qui en fait le plus grand consommateur au monde après l’Espagne. La CLCV appelle le gouvernement à renforcer les contrôles effectués par les services de l’Etat, à faire retirer les produits les plus dangereux des rayons et à former les vendeurs.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus