Des ONG veulent bloquer les forages de Total au large de la Guyane

Le 13 décembre 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Total compte réaliser une campagne de forage de janvier à avril 2019
Total compte réaliser une campagne de forage de janvier à avril 2019

Sept ONG, dont Greenpeace et les Amis de la Terre, ont déposé, le 12 décembre, un recours devant le tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise) pour faire annuler les autorisations de forage accordées à Total au large de la Guyane.

Après l’interpellation, l’assignation. Le groupe pétrolier français, dont la responsabilité climatique a été pointée du doigt par un collectif d’associations et de collectivités fin octobre, fait aujourd’hui l’objet d’un recours judiciaire.

Double jeu de Paris

Greenpeace, Guyane Nature Environnement, Les Amis de la Terre France, Nature Rights, Stop Petrole Offshore Guyane, Surfrider Europe et ZEA soulignent le double jeu du gouvernement français. Paris a en effet accordé, le 14 septembre 2017, une prolongation exceptionnelle du permis Guyane Maritime à Total (jusqu’au 1er juin 2019), moins d’une semaine avant l’ouverture des débats sur l’interdiction de l’exploration et l’extraction d’hydrocarbures en France. Les ONG demandent son annulation, au nom des engagements climatiques de la France et de la protection du récif de l’Amazone, situé à quelques kilomètres.

Manque de débat et d’expertise

Leur recours s’appuie sur trois arguments principaux. L’insuffisance du débat, tout d’abord, alors que la Commission nationale du débat public (CNDP) aurait dû être saisie. Ensuite, les ONG soulignent le manque d’expertise et l’incompréhension du dossier des commissaires-enquêteurs chargés d’émettre un avis sur l’étude d’impact de Total. Enfin, elles relèvent les lacunes de la modélisation en cas de marée noire et des risques pour les pays et territoires voisins.

Nouveaux forages dès janvier

Total ne compte pas pour autant s’arrêter là. Alors que les 5 forages déjà réalisés entre 2012 et 2013 n’ont donné aucun résultat, une nouvelle campagne doit débuter dès janvier 2019 à proximité du récif corallien de l’Amazone. Un navire de forage doit stationner à 150 kilomètres des côtes guyanaises pour creuser de 1 à 5 puits d’exploration, à environ 2.000 mètres de profondeur.

Refus du Brésil

Le groupe pétrolier a assuré, le 11 décembre, que l’opération -qui doit durer près de quatre mois- se déroulerait «en toute transparence». Quatre jours plus tôt, le Brésil avait de son côté refusé de lui accorder l’autorisation de forer dans l’embouchure de l’Amazone au motif que le plan présentait d’importantes incertitudes, notamment en situation d’urgence.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus