- 

Des ONG s’engagent en faveur de l’éolien marin

Le 14 septembre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La mise en service du parc éolien marin de Fécamp n'est pas gagnée.
La mise en service du parc éolien marin de Fécamp n'est pas gagnée.
Alstom

Le début d'une bataille entre ONG environnementales.

Ce n’est pas tous les jours que des associations françaises de protection de l’environnement s’engagent en faveur de projets industriels. Aussi, le communiqué co-signé, ce mercredi 14 septembre, par 6 associations (normandes et nationales) et par le distributeur d’électricité renouvelable Enercoop est-il à marquer d’une pierre blanche.

Réagissant au dépôt d’un recours[1] contre le projet du parc éolien de Fécamp[2], le 8 août dernier, les ONG rappellent leur désaccord «tant sur le fond que sur la forme» avec l’action judiciaire engagée par 7 autres associations.

Sur le fond, le recours déposé évoque un grand nombre d’arguments à charge, dont l’impact paysager, le manque de concertation et d’études environnementales ou socio-économiques. Des arguments qui font bondir les écolos. La concertation a débuté dès 2008, rappellent-ils. Et de souligner que les retours d’expérience sur d’autres parcs européens ne montrent aucun impact sur les activités touristiques.

un an de retard

Sur la forme, les ONG estiment, qu’au mieux, le recours déposé devant la cour d’appel administrative de Nantes «retardera le projet d’au moins un an». De quoi mettre en péril la création des 700 emplois prévus. De quoi aussi empêcher la France d’atteindre les objectifs ‘renouvelables’ fixés par le paquet Energie Climat de 2008.

Pour toutes ces raisons, FNE, HNNE, le Crepan, Effet de serre toi-même, DEEN, la LPO[3] et Enercoop appellent «à la constitution d’un large mouvement citoyen favorable à l’implantation du parc de Fécamp».



[1] Le recours a été déposé par la Fédération environnement durable, Belle Normandie Environnement, Vent de Colère, la Société pour la pProtection des pPaysages et de l’eEsthétique de la France, Robin des bBois, Cap Littoral et Protection du site des Petites dDalles.

[2] D’une capacité prévue de 498 MW, ce projet est porté par le consortium EDF EN, General Electric, Nass & Wind et WPD Offshore.

[3] FNE: France Nature Environnement. HNNE: Fédération Haute-Normandie Nature Environnement. Crepan: Comité régional d’étude pour la protection et l’aménagement de la nature en Normandie. DEEN: Demain l’écologie en Normandie. LPO: Ligue pour la protection des oiseaux.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus