Des ONG dénoncent l’épandage aérien contre un ravageur du maïs

Le 21 août 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Alors que le retour de la chrysomèle, un célèbre ravageur du maïs, inquiète la filière agricole, des associations de défense de l’environnement s’insurgent contre des mesures prévues d’épandages aériens de pesticides et prônent des mesures alternatives.

Plus de 120 spécimens du coléoptère originaire des Etats-Unis -où ses dégâts sont estimés à un milliard de dollars par an- auraient été capturés depuis le début de l'été en Alsace contre 14 en 2008, selon l’AFP. La chrysomèle a également été repérée en Rhône-Alpes, en Bourgogne et dans d’autres pays européens (Slovaquie, Italie, Autriche, Allemagne).
Selon la fédération France nature environnement (FNE), des épandages aériens seraient prévus dans l’Ain. Dans un communiqué commun avec Alsace Nature et la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna), FNE dénonce l’emploi de la deltaméthrine, un insecticide toxique pour les coccinelles et les abeilles mais aussi pour l’homme.
Les ONG demandent «la promotion des alternatives agronomiques» (rotation des cultures) et «l’application immédiate de la loi Grenelle I qui prévoit l’interdiction des épandages aériens de pesticides».


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus