Des nourrissons plus petits à cause du bromure de méthyle

Le 20 septembre 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des bébés sensiblement plus petits.
Des bébés sensiblement plus petits.

Une étude américaine suggère que ce gaz insecticide aurait des effets, encore mal expliqués, sur le poids des enfants à la naissance. Interdit à cause de son impact sur la couche d’ozone, mais toujours utilisé –notamment par le commerce maritime mondial- le bromure de méthyle pourrait avoir des impacts sur la santé, jusqu’ici peu étudiés.

Le bromure de méthyle a des effets sur la taille des nourrissons. Ce gaz toxique, désormais interdit par le protocole de Montréal à cause de son impact sur la couche d'ozone, était encore largement utilisé dans les années 1990 dans les champs de fraises californiens. C’est là que Kim Harley, du Center for Environmental Research and Children’s Health de l’université de Californie, a collecté des données portant sur les mensurations de 442 bébés, essentiellement nés de femmes mexicaines. Résultat: les nourrissons pesaient environ 160 grammes de moins que leurs congénères non exposés. Une différence qui peut sembler anecdotique, mais qu’il est utile de comparer aux conséquences, en termes de poids à la naissance, d’autres facteurs de risques sur le fœtus, comme la caféine, la pollution de l’air ou la cigarette. A titre de comparaison, ces 160 gr représentent la moitié du poids «manquant» des bébés dont les mères ont fumé pendant la grossesse.

 

Etude lacunaire

L’étude souffre de lacunes, puisque les parturientes ont toutes eu des contacts très différents avec le gaz (fréquence, concentration, durée). Certaines étaient ouvrières agricoles, d’autres simples résidentes. Mais la tendance mise en lumière par cette étude, l’une des premières sur le sujet, est intéressante. Car en dépit de son interdiction, le bromure de méthyle reste utilisé dans le monde pour certains traitements de végétaux, des locaux et des sols agricoles. En Californie, près de 2 millions de kg de ce produit ont été utilisés en 2011. En France, l’Institut national de recherche et sécurité (INRS) rapporte qu’en 2007, le bromure de méthyle était encore utilisé «comme agent de fumigation pour le traitement de certaines cultures ou denrées à des fins de quarantaine et avant expédition (conteneurs, palettes en bois...) et pour le traitement de denrées alimentaires stockées et la désinfection de sols agricoles». Des dérogations supprimées depuis 2010 pour les usages de quarantaine et de traitement avant expédition; seul le traitement thermique est désormais autorisé depuis mars 2010 pour les emballages en bois destinés à l’exportation. Des importations sont encore autorisées dans l’Union européenne mais spécifiquement pour une utilisation en laboratoire et à des fins d’analyse.

 

Fumigation des conteneurs

Reste que les milliers de conteneurs débarqués chaque jour dans les ports européens peuvent avoir été fumigés pour lutter contre les nuisibles. Le bromure de méthyle fait partie des gaz utilisés à cet effet. Dans un document édifiant sur l’exposition des douaniers, dockers, déclarants en douane, magasiniers, chauffeurs routiers et autres logisticiens, le Syndicat national des agents des douanes CGT faisait état, en juillet 2010, d’une étude de médecins du travail allemands dévoilée en 2008 par l'European Respiratory Society: «97% des conteneurs testés au débarquement dans les ports de Hambourg et de Rotterdam présentaient des traces de gaz toxiques, et dans des concentrations supérieures aux normes de sécurité dans 30% des cas». Un problème de santé au travail, mais également de santé publique puisque, comme le rappelait le syndicat français, les résultats présentés par les médecins du travail allemands «montrent que des échantillons de produits alimentaires, matelas, appareils électriques, vêtements et notamment chaussures, ont ainsi été contaminés à la fois par les agents de fumigation et par les autres produits chimiques».

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus