Des niveaux record d’APFO au Japon

Le 23 mai 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Selon le Japan Times, un groupe de chercheurs japonais de l'université de Kyoto a détecté de fortes concentrations en acides perfluorooctanoïques (APFO), utilisés par exemple dans la fabrication du Teflon, dans le sang d'habitants des alentours d'Osaka. Les chercheurs ont appelé à poursuivre les recherches sur ces substances très persistantes dans l'environnement, suspectées d'être cancérogènes mais sans que cela soit démontré.

En outre, les chercheurs ont détecté des APFO sur l'ensemble des 80 échantillons prélevés dans des rivières du pays en 2003. La plupart présentaient une concentration inférieure à 20 nanogrammes par litre (ng/l) d'APFO, mais atteignaient 87.000 ng/l dans des échantillons prélevés près d'une usine de traitement des eaux usées sur la rivière Ai. Dans les puits près de cette zone, la concentration en APFO allait jusqu'à 57.000 ng/l, suggérant une contamination se propageant dans l'eau souterraine. Selon Masatoshi Morita, professeur à l'université Ehime, ces concentrations d'APFO sont parmi les plus élevées dans le monde.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus