Des Nippons moins carbonés

Le 29 décembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Le Japon ne sera peut-être pas contraint d’ouvrir un marché des quotas d’émission de CO 2 pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Du fait de la récession, les rejets de GES de l’archipel ont fortement décru, entre les années fiscales 2008 et 2009.

 

Selon des données incomplètes, publiées ce mercredi 29 décembre par le ministère de l’environnement, Tokyo a émis 1,2 milliard de tonnes de GES en 2009, soit 5,7 % de moins que l’année précédente. Les émissions industrielles ont dégringolé de 7,9 %, celles des ménages de 5,5 % et des transports de 2,5 %.

 

Pour la première fois, les émissions de la troisième économie mondiale sont inférieures — de 4,1 % — à celles de 1990, année de référence du protocole de Kyoto. Au terme de cet accord, le Japon doit réduire de 6 % ses rejets entre 1990 et 2012. Il n’en est plus très loin.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus