Des multinationales s’allient contre les déchets plastiques

Le 16 janvier 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'alliance a été officiellement lancée ce 16 janvier
L'alliance a été officiellement lancée ce 16 janvier

Une vingtaine de multinationales de la pétrochimie, de la fabrication de plastiques et de la gestion des déchets ont lancé, ce 16 janvier, l’Alliance internationale pour mettre fin aux déchets plastiques (AEPW). Elles s’engagent à verser 1,3 milliards d’euros dans les 5 ans pour financer des projets visant l’éco-conception, le nettoyage et le recyclage.

Financer pour éviter de changer? 27 multinationales dont l’activité est liée au plastique, comme Procter & Gamble, Suez, Veolia, Total, BASF et ExxonMobil s’engagent à verser 1 Md$ (777 M€) en faveur de projets visant à réduire et à gérer les déchets plastiques dans une logique d’économie circulaire, selon le communiqué diffusé ce 16 janvier par l’AEPW (Alliance to end plastic waste). Aucune annonce globale n’a en revanche été faite sur la recyclabilité des produits, ni sur l’intégration de matières recyclées, ni sur l’utilisation de matières alternatives.

Quatre objectifs

80% des déchets plastiques marins proviennent de sources terrestres (cf. article du JDLE), comme ces groupes l’ont rappelé lors de la conférence de presse, mais l’Alliance se focalise sur l’aval du problème au détriment de l’amont, soit la production galopante de plastiques dans le monde. «Nous devons éduquer les consommateurs et les gouvernements sur la nécessité de la collecte et du traitement des déchets plastiques», a déclaré Bob Patel, PDG de LyondellBasell, une multinationale américaine spécialisée dans la pétrochimie, membre fondatrice de l’AEPW. Le PDG de Procter & Gamble, David Taylor, a de son côté invité «les entreprises de toutes tailles, de tous pays et tous secteurs, à rejoindre l’Alliance».

Bonus à l’éco-conception / En France, le bonus promis aux fabricants d’emballages ménagers incorporant des matières recyclées vient d’être officialisé par un arrêté publié ce 16 janvier au Journal officiel, modifiant le cahier des charges des éco-organismes.

Au total, l’AEPW vise 4 objectifs: le développement d’infrastructures de collecte, traitement et recyclage, l’innovation, l’éducation des pouvoirs publics, entreprises et communautés et le nettoyage des zones très polluées comme les rivières. Selon une étude publiée en juin 2017, 67% des déchets plastiques proviennent de 20 fleuves dans le monde, dont la plupart en Asie.

Des projets de recherche, gestion et formation

Dans son communiqué, cette nouvelle alliance affirme qu’elle compte nouer des partenariats avec des villes pour développer des systèmes de gestion de déchets dans les zones urbaines dépourvues d’infrastructures, investir dans l’Incubator Network pour faire émerger entreprises, nouvelles technologies et nouveaux modèles économiques; mais aussi déployer un projet scientifique international ‘open source’ et organiser ateliers et formations avec des organisations intergouvernementales comme les Nations unies.

 

Bonne résolution / Après Danone, Pepsi et Coca-Cola, le groupe Nestlé fait sa pub environnementale. Il s’est engagé, le 15 janvier, à produire 100% d’emballages recyclables ou réutilisables en 2025. Le groupe suisse a précisé démarrer, ce 16 janvier, la suppression des pailles en plastique, qu’il va remplacer par des matières alternatives comme le papier. Autre objectif: porter à 35% l’incorporation de PET recyclé dans ses bouteilles d’eau en 2025 au niveau mondial.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus