Des mesures pour dynamiser les solaires

Le 23 mai 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Rien n'est prévu pour les routes solaires.
Rien n'est prévu pour les routes solaires.
VLDT

 

Le ministère de la transition écologique a présenté, mardi 22 mai, les solutions consensuelles pour développer photovoltaïque et solaire thermique.

 

Les discussions progressent. Quelques semaines après son lancement par Sébastien Lecornu, le groupe de travail sur les énergies solaires a fait, mardi 22 mai, un point d’étape sur les principales mesures qui pourraient être annoncés avant l’été pour dynamiser les filières photovoltaïques et solaire thermique.

Sachant qu’il faut, en moyenne, deux hectares de terrain pour mettre en service 1 MWc de photovoltaïque, la question du foncier s’annonce d’ores et déjà capitale. Raison pour laquelle, le groupe de travail propose de rendre possible l’installation de centrales solaires en sites dégradés (ancienne décharge, ex-champ de tir, par exemple), en discontinuité de l’urbanisation en loi Littoral.

amender la loi Biodiversité

Les professionnels proposent aussi d’amender la loi Biodiversité pour faciliter l’installation d’ombrières photovoltaïques, ainsi que de simplifier maintes réglementations; autorisation d’urbanisme pour les serres solaires, simplification de la procédure d’appel d’offres pour les installations de 100 à 500 kW. Important pour l’acceptation: une part minimale de l'imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux reviendrait aux communes hôtesses des projets.

Doper l'autoconsommation

Parce que l’autoconsommation deviendra bientôt rentable sur une grande partie du territoire, le groupe de travail préconise de la rendre encore plus attractive, tant pour les particuliers que pour le collectif. Par exemple, en améliorant les critères du prochain appel d’offres: augmentation du plafond, explicitation de l’exonération fiscale, facilitation des conditions de raccordement.

Autre idée: mettre en œuvre de nouvelles modalités de soutien pour les opérations d’autoconsommation individuelle afin que ces dernières incluent les projets en tiers-investissement. Outre le lancement d’un prochain appel d’offres spécifique, le gouvernement semble favorable à la mise en place d’un cadre plus grand pour des projets d’autoconsommation collective à une maille importante, comme celle d’un éco-quartier.

Soutenir les projets ultramarins

L’hôtel de Roquelaure veut aussi faire monter en gamme l’offre française. Il prévoit, notamment, d’augmenter le volume de l’appel d’offres «innovation», de rendre éligibles des projets prévoyant du stockage d’énergie.

Eternelles vitrines du savoir-faire français, les DOM-COM ne sont pas oubliés. Plusieurs appels d’offres sont prévus: avec et sans stockage, ainsi qu’une compétition entre projets d'autoconsommation pour les secteurs industriel, commercial et tertiaire.

RT 2020

Pour donner un coup de pouce au solaire thermique, la Direction générale de l’énergie et du climat propose (dans le cadre de la future RT 2020) que les immeubles neufs de logements et de bureaux produisent au moins 15% de la chaleur qu’ils consommeront. «Cette mesure, accompagnée d’une extension du mécanisme de tarif d’achat aux installations plus importantes, jusqu’à 500 kWc, ferait du solaire photovoltaïque un prérequis pour la construction durable, au même titre que l’isolation», estime le Syndicat des énergies renouvelables.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus