Des irrégularités dans les chantiers de désamiantage

Le 18 octobre 2004 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
amiante5
amiante5

L'l’Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles et la Caisse Nationale d'Assurance Malaladie des Travailleurs Salariés ont relevé des irrégularités sur les trois quarts des chantiers de désamiantage d'un échantillon représentatif. Ces manquements se font au détriment de la santé des salariés.

55 des 72 chantiers de désamiantage (amiante friable), visités en mars 2004 au cours d'une campagne de contrôle, ne respectaient pas la réglementation en vigueur selon l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) et la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts). 46 ont fait l'objet d'une procédure et trois ont été arrêtés notamment en raison d'équipements de protection non conformes. Les organismes de contrôle ont multiplié et intensifié leurs actions envers les responsables des chantiers ne respectant pas les mesures de sécurité.

Les entreprises négligent ces aspects pour réduire les coûts. La protection des salariés et de l'environnement représente 60% du prix d'un chantier. " Nous allons exercer une pression permanente sur ces entreprises de BTP à la hauteur des risques que leurs employés prennent. La pression sur les prix et les habitudes de travail ne doivent pas faire oublier la rigueur qu'exigent les manipulations de désamiantage ", affirme Philippe Bourges, ingénieur conseil à la direction des risques professionnels de la Cnamts.

Les inspecteurs ont constaté de nombreux manquements comme l'absence de port de masque, les dysfonctionnements des tunnels d'entrée-sortie ou la durée de travail quotidienne excessive. En zone confinée, les interventions des employés ne doivent pas dépasser deux vacations de 2 h 30. Le port des vêtements de protection étanches rend le travail physiquement pénible. " Il s'agit surtout d'écarts liés à un manque de rigueur ", explique Philippe Bourges : " Ainsi des entreprises ont pu être négligentes sur la phase d'installation d'un chantier, leurs employés ne portant pas leur masque. Elles pensent en effet que seule l'action de désamiantage entraîne des risques ".

Les employeurs ont plusieurs obligations à respecter. Les salariés doivent être déclarés aptes à mener ce genre de travail et être médicalement suivis. Ils ne peuvent oeuvrer sans une solide formation sur les gestes à faire avant, pendant et après l'acte de désamiantage comme le passage dans le sas, les douches à prendre, les vêtements à porter, mais aussi les branchements ou le rangement.

D'autres infractions ont été relevées. Les plans de retrait, documents constitutifs d'une véritable analyse des risques du chantier et des moyens d'intervention nécessaires, ont parfois été jugés insuffisants par les inspecteurs. Sans compter que certains chantiers n'ont pas été déclarés, en particulier ceux de courte durée, et ce malgré la loi les obligeant à faire une déclaration à l'Inspection du travail et aux organismes de prévention. Le travail à l'humide, technique d'humidification à coeur du matériau qui permet une réduction d'émission de fibres d'amiante, est encore trop peu utilisé. Pis, certaines entreprises n'étaient pas certifiées par les organismes agréés (Qualibat et Afaq Ascert). Une certification obligatoire pour le retrait de l'amiante friable. Cette certification assure aux clients que l'entreprise dispose d'un encadrement technique, de compétences réelles, de matériel en bon état ou encore d'employés bien formés. Près de 120 entreprises de BTP la possèdent actuellement, un chiffre fluctuant selon les écarts de rigueur de certaines sociétés.

Aucun chiffre n'existe sur le nombre de sites industriels, ni même de logements concernés par le désamiantage. Seule certitude, ces travaux durent depuis près de sept ans et vont durer plusieurs années encore. "Pour exemple, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas qui ont commencé au moins dix ans avant nous, continuent aujourd'hui de désamianter des bâtiments", constate André Chapuis de Qualibat.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus