Des furannes dans le café… what else ?

Le 28 avril 2011 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le café constitue une source importante de furanes, particulièrement celui en capsules, mais sans atteindre un niveau préoccupant pour la santé, selon une étude espagnole publiée dans Food Chemistry.

 

Chez l’adulte, le café constitue la principale source de furannes, classés dans le groupe 2B (cancérigènes possibles pour l’homme) par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ). S’ils se forment pendant la cuisson des grains, leur concentration diffère selon la préparation du café, comme le montre l’équipe de Santos, du département de chimie analytique de l’université de Barcelone.

 

Parmi les divers produits que les chercheurs ont analysés, ce sont les capsules Nespresso qui délivraient le café le plus chargé en furannes, de 117 à 244 nanogrammes par millilitre pour celles de type expresso. Pour le café préparé par une machine standard, le taux n’allait pas au-delà de 78 ng/ml. Deux explications à cela: une plus forte rétention des furanes par les capsules, une extraction plus intense à pression élevée.

 

«Les risques estimés à partir de la consommation de café, principale source d’exposition aux furannes chez l’homme, sont faibles», concluent toutefois les chercheurs. Selon l’enquête qu’ils ont menée auprès de 488 Barcelonais, la dose quotidienne de furannes ne dépasse pas 0,38 microgramme par kilo de poids corporel chez les hommes, 0,25 µg/kg chez les femmes. Bien en dessous de la dose journalière acceptable (DJA), fixée à 2 µg/kg, et qui laisserait déjà une bonne marge de sécurité.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus