Des fruits, oui, mais pas en jus

Le 11 septembre 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les jus de fruits, pas efficaces contre le diabète.
Les jus de fruits, pas efficaces contre le diabète.

Les myrtilles, le raisin et les pommes sont les fruits les plus efficaces dans la prévention du diabète, alors que les jus commerciaux semblent au contraire favoriser la maladie, selon une étude américaine publiée dans le British Medical Journal.

Riches en fibres, en antioxydants et en composés phytochimiques, les fruits, encore trop peu consommés, ont un effet préventif contre plusieurs maladies chroniques, en particulier les maladies cardiovasculaires et le diabète. Cet effet varie toutefois d’un fruit à l’autre, raison probable pour laquelle l’ampleur du phénomène varie d’une étude à l’autre.

Menée sur plus de 187.000 participants de trois grandes cohortes américaines [1], l’étude publiée dans le British Medical Journal (BMJ) par Isao Muraki, de la Harvard School of Public Health de Boston (Massachusetts), et ses collègues confirme que certains fruits sont particulièrement bénéfiques. Au premier rang, les myrtilles, dont la consommation trois fois par semaine permet de diminuer le risque de diabète de 26%.

Viennent ensuite les raisins (-12% pour trois portions hebdomadaires), les pommes et les poires (-7%), les bananes et le pamplemousse (-5%). Aucun effet significatif en revanche pour les prunes, les pêches, les abricots, les fraises, les oranges. Quant au melon, il est même lié à une hausse apparente de 10% du risque de diabète, phénomène que les chercheurs expliquent, de manière peu convaincante, par sa moindre teneur en composés phytochimiques que d’autres fruits.

 

Sans rapport avec le taux de sucres

Selon les auteurs, l’effet préventif des divers fruits n’a rien à voir avec leur indice ou leur charge glycémique, deux mesures du pouvoir glycémiant des aliments [2]. L’explication serait plutôt à chercher du côté d’autres composés: anthocyanines pour les myrtilles, resvératrol pour le raisin, acide chlorogénique pour les pommes (cette même substance est souvent impliquée dans l’effet antidiabétique du café), et naringine pour le pamplemousse.

Confirmant de nombreux travaux, les chercheurs montrent que seuls les fruits non transformés sont efficaces contre le diabète. Ce n’est pas le cas des jus de fruits, dont la fabrication entraîne un appauvrissement chimique: les remplacer par des fruits naturels permet ainsi d’abaisser de 7% son risque de diabète.

 

 

[1] Ces trois cohortes sont la Nurses’ Health Study (NHS), la Nurses’ Health Study II (NHS II) et la Health Professionals Follow-up Study (HPFS).

[2] L’indice glycémique d’un aliment reflète la proportion de sucres qui sera absorbée par l’organisme. Quant à la charge glycémique, elle intègre en outre la teneur en sucres de cet aliment.

 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus