Des freins au développement du photovoltaïque en France

Le 15 mai 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
130_solar
130_solar

Bien que la production de solaire photovoltaïque décolle dans le monde (1), la France reste à la traîne, notamment par rapport à l’Allemagne. Le système de rachat de l’électricité, les barrières administratives et techniques freinent l’essor de ce type d’énergie en France, selon les organisateurs du Solar Event.

L'Allemagne bénéficie d'un ensoleillement moindre que la France. Pourtant, outre-Rhin, 1.200 mégawatts (MW) de panneaux solaires photovoltaïques sont installés, contre 40 en France. En cause, les barrières bloquant l'essor de cette industrie, selon les organisateurs du Solar Event, réunis à l'occasion de la présentation de cette manifestation visant à promouvoir l'énergie solaire en juin prochain en Savoie. L'état de fait est paradoxal, puisque les incitations sont légion.

D'abord le tarif avantageux de rachat par EDF de l'électricité photovoltaïque, fixé depuis 2007. «C'est le cas depuis 10 ans en Allemagne», rappelle Eric Laborde, administrateur de l'association européenne de l'industrie photovoltaïque (Epia). Il estime que ce tarif de rachat fait perdre de l'efficacité au photovoltaïque. Un contribuable peut vendre son électricité 55 centimes d'euro le kilowattheure à EDF, si son équipement solaire photovoltaïque est intégré à la toiture. Mais l'intégration «fait perdre 8% d'efficacité par rapport à un dispositif non intégré», estime Eric Laborde. Comme l'électricité produite avec un dispositif non intégré  n'est rachetée que 30 centimes, c'est le système le moins efficace qui est encouragé.

Quant au coût du prix du photovoltaïque, décrié par les détracteurs de cette énergie renouvelable, il pourrait «être aussi compétitif que le nucléaire dans quelques années», assure Eric Laborde, au vu de la croissance de 40% qu'a connue le secteur en 2007.

Autre incitation, les aides à l'installation: avec 8.000 euros d'aides cumulables, la France est le pays qui subventionne le plus la production d'électricité photovoltaïque, ajoute Jean-Paul Vial, sénateur UMP de Savoie et vice-président du conseil général du département. Mais les démarches administratives et le raccordement technique au réseau représentent un vrai parcours du combattant. «En Allemagne, 2 feuilles A4 suffisent alors qu'en France, les démarches sont longues et sont celles de gens convaincus.» Le raccordement au réseau demande 3 à 4 mois: «Je pense qu'EDF fait de la résistance passive», explique le sénateur.



(1) Voir l'article du JDLE «Le photovoltaïque continue son ascension»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus