Des étoiles pour moins de pollution lumineuse

Le 09 février 2016 par Yves Leers
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Mieux éclairer, c'est préserver le ciel et son budget énergie.
Mieux éclairer, c'est préserver le ciel et son budget énergie.
VLDT

Une meilleure qualité de l’environnement nocturne passe par une réduction de la pollution lumineuse, ce que 202 communes françaises de 61 départements différents ont bien compris: elles viennent d’être labellisées dans le cadre du concours ‘Villes et villages étoilés 2015’, organisé par l’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes (ANPCEN). Au total, ce sont 570 communes qui ont été labellisées depuis 2009.

Créé il y a 7 ans, ce concours récompense les efforts des communes qui se sont lancées dans une démarche d’amélioration continue en prêtant une plus grande attention que leurs voisines à «l’environnement nocturne, à la prévention ou à la réduction de la pollution lumineuse». Sur le modèle des villes et villages fleuris, un label est décerné, variant de 1 à 5 étoiles et valable 4 ans, qui peut être retiré si les conditions ne sont pas requises.

LES VILLES ABSENTES

Les 202 communes distinguées par le jury du concours 2015 ont des profils très variés: la plus petite est peuplée de 23 habitants, tandis que 43 villes ont plus de 2.000 habitants et 12 villes plus de 5.000. Grandes ou moyennes, les villes sont curieusement absentes des préoccupations liées à la pollution lumineuse, puisque la ville la plus peuplée du dernier concours a 37.000 habitants. Or il y a en France une centaine d’agglomérations de plus de 50.000 habitants, toutes éclairées la nuit…

Une commune 5 étoiles

Parmi les labellisées 2015, 8 ont reçu une distinction spéciale du jury dans les catégories ‘commune de montagne’, ‘commune du littoral’, ‘commune dans un parc naturel régional’, ‘commune dans un parc national’, ‘commune d'un territoire à énergie positive pour la croissance verte’, ‘commune ayant sensibilisé les citoyens’ et ‘commune ayant fait des progrès’. Une seule commune a reçu 5 étoiles et il ne pouvait en être autrement. Il s’agit de La Possession (La Réunion), dont les 5 îlets du cirque de Mafate sont complètement isolés du reste du monde et ne disposent d’aucun réseau électrique: les panneaux photovoltaïques produisent juste assez d’électricité pour subvenir à leurs besoins.

De nombreux gains

Ce concours pour les villes et villages est le prolongement des actions de sensibilisation menées par l’association depuis 15 ans. Il s’inscrit aussi dans la cadre des lois sur la transition énergétique et de protection de la biodiversité. L’analyse des résultats 2015 fait ressortir toute une série de gains pour les communes distinguées: 2.126 heures d’éclairage public contre 3.000 h en moyenne en France, 37% de consommation électrique en moins (53 kilowattheure par habitant et par an contre 85 en moyenne) et 30% de puissance en moins grâce à la généralisation des lampes à vapeur de sodium à haute densité. Au total, une économie de 1,6 million d’euros.

Le bilan climatique de l'éclairage reste à faire

En France, explique l’ANPCEN dans une étude réalisée à l’occasion de la COP 21, «le bilan climatique global de l’éclairage public est tout simplement inconnu et un choix documenté en carbone par lampe ou lampadaire est impossible», alors qu’il s’agit du premier ou deuxième poste d’investissement des communes. Ces lacunes devraient être corrigées dans les nouveaux plans Climat Air Energie territoriaux (PCAET) inscrits dans la loi de transition énergétique et qui comprennent un volet éclairage public. L’association ajoute qu’il n’existe «aucun affichage carbone pour les lampes qu’achètent les consommateurs ou les acheteurs des communes».

Selon l'Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), l’éclairage, qu’il soit résidentiel, tertiaire, public ou industriel, a un contenu CO2 d’environ 100 grammes/kWh.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus