Des épidémies de gastro liées au réchauffement climatique

Le 23 juillet 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La mer Baltique, propice aux vibrions gastriques ?
La mer Baltique, propice aux vibrions gastriques ?

L’étude a été publiée le 22 juillet dans la revue Nature climate change. Selon de récentes recherches, l’augmentation des températures des eaux de la mer Baltique, liée aux changements climatiques, provoquerait l’émergence de vibrions. Les vacances de nos voisins du nord de l’Europe s’annoncent donc peu réjouissantes …

Les vibrions sont des formes de bactéries qui ne se développent habituellement que dans les milieux marins des zones chaudes et tropicales. Mais ils prolifèrent surtout dans des eaux peu salées. La plus connue de ces bactéries étant le vibrio cholérique, à l’origine des épidémies de choléra, mais la gastro-entérite est aussi provoquée par un vibrion.

Un groupe international de scientifiques britanniques, finlandais, espagnols et américains à l’origine de l’étude ont pu constater que le réchauffement des eaux de la mer Baltique coïncide avec l’apparition d’épidémies de gastro dans le nord de l’Europe. En fait, cette équipe de chercheurs a passé en revue des données satellitaires fournissant les températures de la surface de l’eau. Puis ils ont comparé ces données avec l’apparition de vibrions autour de la mer Baltique.

Ils ont ainsi pu constater que les épidémies coïncident avec des pics de température à la surface de la mer Baltique. Entre 1982 et 2010, la température de la mer a augmenté de 0,063 et 0,078 degré Celsius chaque année, soit entre 6,3 et 7,8°C en un siècle. En parallèle, le nombre de malades a explosé de près de 200%. 30 millions d’Européens vivent en effet autour de la mer Baltique et la région a connu plusieurs canicules estivales en 1994, 2003 et 2006.

Selon l’agence Reuters, Craig Baker-Austin, un des coauteurs de l’étude, affirme: «Les fortes augmentations apparentes que nous avons constatées dans le nombre de cas de malades durant les années de vagues de chaleur (…) tendent à indiquer que le changement climatique est en effet responsable des infections».

Entre 1980 et 2010, l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre est, selon les experts du réchauffement climatique, à l’origine d’une hausse mondiale des températures moyennes de surface des mers. La mer Baltique, quant à elle, «représente, à notre connaissance, l’écosystème marin étudié qui s’est réchauffé le plus rapidement à la surface de la Terre», indiquent les auteurs de l’étude.

Outre l’augmentation de la température de la mer, le réchauffement climatique a favorisé les pluies torrentielles le long des côtes, réduisant la teneur en sel des estuaires et des zones humides côtières. Une combinaison de facteurs qui favorise ainsi le développement des bactéries.

Les scientifiques craignent que ce phénomène puisse se reproduire ailleurs à l’échelle planétaire.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus