Des disparités concernant le tarif de l’eau

Le 15 mars 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Dans son 4-pages du mois de mars, l’Institut français de l’environnement (Ifen) présente les premiers résultats de l’enquête 2004 sur l’eau et l’assainissement réalisée avec le service central des enquêtes et études statistiques (Scees) du ministère chargé de l’agriculture et de la pêche.

En 2004, la consommation domestique d'eau potable a été en moyenne de 165 litres par habitant et par jour. En volume, ce sont le sud du pays et les départements d'Outre-mer qui consomment le plus. Le prix moyen du mètre cube d'eau était de 3 euros (€) en 2004 dans les communes ayant un système d'assainissement collectif. Des disparités existent entre les départements de métropole, avec les tarifs les plus élevés à l'ouest et au nord, et les plus bas en Rhône-Alpes et en Auvergne. Elles sont encore plus marquées entre les communes. 10% d'entre elles facturent le mètre cube d'eau moins de 1,30 €, et 10% plus de 4 €. Le montant des abonnements varie quant à lui de 56 à plus de 100 € (c'est le cas en Corse et en Provence).

La proximité et la qualité de la ressource font partie des raisons qui expliquent ces différences. Les eaux superficielles, qui sont plus faciles d'accès, nécessitent toutefois des traitements généralement plus coûteux que les eaux souterraines. La densité de population desservie a aussi une influence sur le prix de l'eau, ainsi que le mode d'organisation et de gestion du service de l'eau. Le prix moyen du mètre cube est de 2,59 € dans une organisation strictement communale qui offre un traitement des eaux usées, contre 3,19 € dans une organisation intercommunale qui met en oeuvre des technologies souvent plus complexes.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus