Des conserves de soupe riches en BPA

Le 23 novembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Des personnes ayant consommé des soupes en conserve, 5 jours de suite, présentent dans les urines un taux de bisphénol A (BPA) 13 fois supérieur à celui de consommateurs de soupe fraîche, révèle une étude américaine publiée mardi 22 novembre dans la revue Journal of the American Medical Association (Jama).

Cette étude, présentée comme «l'une des premières à quantifier le taux de BPA dans le corps humain après ingestion de nourriture en conserve», a été publiée par des chercheurs de l'université de Harvard. «Nous savons depuis un moment que consommer des boissons qui sont restées longtemps dans certains récipients en plastique dur accroît la présence de BPA dans le corps», explique Jenny Carwile, l'une des co-auteures de l'étude. «Mais notre étude suggère que la nourriture en conserve pourrait être un sujet d'inquiétude plus important encore, surtout en raison de son usage très répandu», ajoute-t-elle.

Pour mener à bien cette étude, 75 personnes ont été sélectionnées parmi les étudiants et les salariés de l’université par les chercheurs de Harvard. Elles ont dû consommer pendant 5 jours de suite soit de la soupe en conserve, soit de la soupe fraîche, sans changer leurs autres habitudes alimentaires.

L'analyse de leurs urines a révélé chez les consommateurs de soupe en conserve, au bout de 5 jours, un taux de BPA supérieur de 1.221%. Le perturbateur endocrinien étant toutefois éliminé dans les urines, tout pic est considéré par les scientifiques comme temporaire. Les chercheurs n'ont pas déterminé quelle quantité du composant restait plus longuement dans le corps après la consommation de ces conserves, soulignant qu'une nouvelle étude serait nécessaire.

Le fait que la molécule soit détectée dans de nombreux aliments et des boissons en cannette, mais surtout dans les boites de conserve de soupe ou de légumes, est liée à la manière dont ces boites sont manufacturées.

«Les conserves de légumes possèdent toutes un revêtement contenant du BPA et elles sont stérilisées pendant des heures à très haute température», explique Frederick vom Saal, professeur de biologie à l’université du Missouri. «Le problème c’est que le BPA est sensible à la chaleur puisque celle-ci a tendance à casser la structure de la résine à l’intérieur de la canette et à favoriser la libération de la molécule de BPA dans les aliments.»

En France, l'Assemblée nationale a voté, le 12 octobre dernier, l'interdiction du bisphénol A dans tous contenants alimentaires, à partir de 2014 –et de 2013 pour les contenants alimentaires de produits destinés aux enfants de moins de trois ans.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus