Des climato-sceptiques US contre la taxation de l’aviation européenne?

Le 21 juin 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Pour ou contre la taxation carbone du transport aérien ?
Pour ou contre la taxation carbone du transport aérien ?
DR

Parmi les actions déployées par les opposants aux projets de taxation du transport aérien en Europe, une pétition de consommateurs mécontents. Une initiative pilotée par une prétendue ONG consumériste américaine, proche de milliardaires climato-sceptiques. Explications.

Le débat sur la minoration de l’impact climatique du transport aérien fait rage. Alors que le salon de l’aéronautique et de l’espace du Bourget bat son plein, les lobbyistes sont à l’œuvre. Il y a ceux qui agissent presque en pleine lumière. Comme les rédacteurs de cette déclaration publiée ce 21 juin.

Signée par Aéroports de Paris, Air France, l’union des aéroports français, la fédération nationale de l’aviation marchande et le groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas), la missive rappelle que le secteur aérien émet «moins de CO2 qu’internet» et que ses entreprises se sont engagées à réduire de moitié leurs émissions entre 2005 et 2050.

travail parlementaire

D’autres professionnels fourniront des argumentaires aux députés pour empêcher l’adoption de la proposition de loi visant à «remplacer les vols intérieurs par le train, quand c’est possible», déposée le 5 juin dernier par François Ruffin et Delphine Batho.

Selon toute probabilité, ce texte devrait connaître le même sort que les amendements à la loi LOM visant à faire contribuer davantage l’aérien à la transition écologique. Tous ont été rejetés à la mi-juin.

Alors que les ministres des finances européens discutent, à l’invitation du gouvernement néerlandais (qui entend la mettre en œuvre) d’une possible taxation environnementale des billets d’avion, les dirigeants des compagnies aériennes fourbissent leurs arguments.

la recherche plutôt que la fiscalité

Dans un communiqué publié le 18 juin, l’association Airlines 4 Europe (dont les membres, affirme-t-elle, assurent 70% du trafic aérien du continent) estime qu’il est plus efficace d’investir dans la recherche et le développement que de taxer le transport aérien pour réduire son empreinte carbone. Un message martelé au salon du Bourget par les dirigeants d’Easyjet, Airbus, Norwegian Air Shuttle ou d’Air France.

Les consommateurs n’ont pas été oubliés. Ce vendredi 21 juin, nombre de journalistes ont reçu un curieux communiqué. Rédigé par un  «analyste de politiques publiques» le courriel fustige les projets de taxation du transport aérien qui nuiront «à la mobilité des Européens les plus vulnérables.» Ce n’est pas tout.

finance ta colère

Moyennant une contribution de 7 euros, le consommateur mécontent pourra financer «la lutte contre la taxe» et préserver ainsi les «vols bon marché.» Baptisée «Hands Off My Cheap Flights» (touche pas à mon vol à bas coût), cette campagne est initiée par le curieux Consumer Choice Center (CCC), une prétendue ONG consumériste, basée à Arlington, en Virginie.

Officiellement répertoriée par la Commission européenne comme une ONG, le CCC défend les intérêts des consommateurs qui n’ont jamais entendu parler de lui. Et pour cause, le CCC ne dispose d’aucun bureau en Europe et se manifeste surtout à coup de tribunes dans les journaux.

curieux étudiants

Doté d’un budget de près de 4 millions d’euros, le CCC est financé par des contributions de grandes entreprises aux intérêts bien compris: Japan Tobacco, Facebook, mais aussi des … compagnies aériennes, qu’il refuse de nommer.

Son plus grand contributeur reste Students For Liberty, une organisation qui se consacre à la diffusion des idées libertariennes chez les étudiants américains. Une organisation notamment financée par les frères Koch, milliardaires, propriétaires du conglomérat éponyme et négationnistes notoires du réchauffement.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus