Des clés pour faire redémarrer les politiques de transports urbains

Le 10 juillet 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Améliorer le transport urbain permettrait d'économiser 70.000 milliards de dollars d'ici à 2050.
Améliorer le transport urbain permettrait d'économiser 70.000 milliards de dollars d'ici à 2050.
DR

Aussi étonnant que cela puisse paraître, les acteurs du débat national sur la transition énergétique ont somme toute peu débattu de questions relatives aux transports, en général, de transports urbains, en particulier.

Sidérant, si l’on se souvient que ce secteur consomme, bon an mal an, 20% de l’énergie mondiale, dont 40% en ville, rappelle le dernier rapport de l’agence internationale de l’énergie, publié mercredi 10 juillet.

«Ce poids énergétique ne pourra qu’augmenter à mesure que croîtront les populations des villes. Aujourd’hui, la moitié de l’humanité y réside. Demain, ce sera 70%. Cela devrait donc doubler la consommation énergétique liée aux transports urbains», insiste Didier Houssin.

De l’examen des politiques de transports d’une trentaine de villes dans le monde, l’AIE a tiré une méthode de travail pour, tout à la fois, réduire les besoins en mobilité, améliorer l’efficacité des systèmes de transports et abaisser la consommation des véhicules. «L’enjeu, poursuit le directeur des politiques et des technologies de l'énergie durable de l’AIE, c’est d’économiser 70.000 milliards de dollars d’ici à 2050.»

Même s’il reconnaît qu’il n’existe pas de solution universelle, John Dulac recommande de suivre la démarche préconisée par le rapport. «En commençant par considérer le système de transport urbain, dans sa globalité. C’est-à-dire de ne pas le circonscrire à la seule cité mais à l’agglomération et de ne pas considérer un seul mode de transport, mais la totalité des moyens de locomotion disponibles», poursuit l’auteur principal de l’étude.

Les caisses des villes étant souvent aussi vides que celles des Etats, l’AIE préconise de recourir —refrain bien connu— aux financements innovants: péages urbains, politique de stationnement, mise en concession d’infrastructures publiques, partenariat public-privé.

Autre conseil: impliquer, dès le début, les populations. «Lorsque Michael Bloomberg a lancé son programme de transports collectifs à New York, tout le monde s’y est opposé. Maintenant que cela fonctionne, les candidats à sa succession, en 2014, proposent tous des idées pour favoriser les transports publics», s’amuse Didier Houssin.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus