Des champignons dans le yaourt

Le 09 juillet 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Mucor circinelloides en action
Mucor circinelloides en action
DR

Il n’y a pas que les bactéries, les virus ou les parasites à l’origine d’infections alimentaires. Bien moins étudiés, les champignons peuvent aussi en occasionner, comme le démontre une récente affaire de yaourts contaminés aux Etats-Unis.

Lorsqu’on évoque le risque alimentaire lié aux champignons, il est le plus souvent question de mycotoxines produites par ces organismes, par exemple les aflatoxines qui contaminent les arachides de plusieurs pays tropicaux. Or certains champignons peuvent par eux-mêmes engendrer des troubles sanitaires.

Parmi eux, Mucor circinelloides, dont on croyait jusqu’alors qu’il ne touchait que les personnes immunodéprimées, celles dont le système immunitaire était affaibli par le VIH, par une greffe d’organes ou par un cancer. Appelée mucormycose, la maladie que ce champignon entraîne est très souvent mortelle chez ces personnes fragiles. Elle affecte surtout les poumons, le visage, la bouche et la gorge, plus rarement le système digestif.

Or il n’y aurait nul besoin d’être immunodéprimé pour être infecté, comme l’a confirmé un épisode récent aux Etats-Unis. En septembre 2013, la Food and Drug Administration (FDA) a procédé au rappel de yaourts grecs de la marque Chobani, qui avaient entraîné nausées, vomissements et diarrhées chez plus de 300 personnes. Après analyse, ces produits se sont avérés contaminés par Mucor circinelloides.

L’étude publiée dans mBio par l’équipe Joseph Heitman, du Duke University Medical Center de Durham (Caroline du Nord), revient plus en détail sur ce champignon. Principal résultat: la souche isolée dans le yaourt présente une forte virulence par voie alimentaire lors de tests chez la souris, et survit très bien au système digestif. On la retrouvait ainsi dans les fèces de la souris jusqu’à 10 jours après l’exposition.

Il s’agit à ce jour de la première série de cas d’infections alimentaires liées au champignon Mucor circinelloides, en particulier chez des personnes non immunodéprimées. «Les champignons font l’objet d’une moindre attention que d’autres pathogènes en tant que contaminants de produit quotidiens, qu’il s’agisse des aliments, d’appareils médicaux, de médicaments ou des usines qui les fabriquent», concluent les chercheurs, qui appellent à accroître la prévention.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus