Des centres de stockage de déchets à Fukushima

Le 31 octobre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le retour des habitants dans la zone d’exclusion autour de la centrale accidentée semble s’éloigner chaque jour davantage. Dernier épisode en date, l’annonce de la création de centres de stockage de terres contaminées dans la zone située autour de Fukushima Dai-Ichi.
 
Samedi 29 octobre, le ministre nippon de l’environnement, Goshi Hosono, a indiqué au gouverneur de la préfecture de Fukushima que le gouvernement entendait ouvrir, sur le territoire de la préfecture, des centres de stockage des terres contaminées.
 
Tokyo s’est, en effet, fixé comme objectif de réduire de moitié, en deux ans, la radioactivité ambiante de la zone touchée par les retombées de Fukushima. Ceci ne pourra être réalisé qu’en excavant la couche superficielle de terre contaminée.
 
Selon les premiers calculs, une vingtaine de centres de stockage (chacun devant atteindre la taille d’un stade de baseball, dixit le ministre) seront ouverts au cours des mois prochains. Ils pourraient rester actifs une trentaine d’années, le temps, par exemple que le césium 137 ait perdu la moitié de son activité.
 
Le gouvernement japonais a déjà provisionné 680 milliards de yens (6,34 milliards d’euros) pour financer la décontamination des sites pollués par la catastrophe du mois de mars.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus