Des campagnes sismiques sous-marines encadrées dans le Golfe du Mexique

Le 24 juin 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un navire en surface reçoit les ondes produites par les explosions sous-marines.
Un navire en surface reçoit les ondes produites par les explosions sous-marines.
DR

Un peu de répit pour les baleines et les dauphins du golfe du Mexique. Un accord inédit vient d’être conclu entre le département américain à l’énergie, des compagnies pétrolières et une coalition d’associations environnementales[1]. Le texte prévoit que des zones d’importance biologique soient fermées à toute recherche, que la présence d’espèces considérées comme à risque conduise à l’arrêt immédiat des campagnes de recherche et que des campagnes de mesures de détection du bruit soient menées afin de ne pas blesser certaines espèces en danger, comme les grands cachalots. Un accord qui a vocation à s’appliquer dans trois zones du golfe du Mexique et jusqu’en 2015. Le temps pour les autorités américaines de mener des études scientifiques et pour les compagnies pétrolières de développer des techniques alternatives.

 

«L’existence même d’un accord sur cette question est sans précédent», s’est félicité Michael Jasny, directeur du Natural Resources Defense Council’s Marine Mammal Protection Project. «Il n’y a jamais eu jusqu’ici aucun accord avec l’industrie gazière et pétrolière sur la question sismique. Ni aux Etats-Unis, ni ailleurs dans le monde

 

Dans les années 50, c’est de la dynamite qu’employait l’industrie pétrolière pour mener des campagnes sismiques de recherche. Des pistolets à air comprimé l’ont remplacée depuis, «qui émettent de puissantes détonations dans l’eau toutes les 10-12 secondes, pendant des semaines ou des mois», décrivent les associations dans un communiqué. L’onde sonore «rebondit» sur le fond et les couches souterraines vers un équipement sismologique situé en surface ou au sol. «Ce sont de très grands bateaux qui tirent un réseau d’antennes pouvant mesurer jusqu’à 10 kilomètres de long et 2 ou 3 de large. C’est environ la surface de Paris intra-muros qui est tirée derrière un bateau», détaille Jean-Georges Malcor[2], le directeur général de CGG Veritas.

 

«Ces détonations extrêmement fortes blessent les cétacés et les dauphins, donc nous sommes contents de savoir que l’industrie pétrolière et le gouvernement fédéral vont prendre des mesures pour protéger ces animaux vulnérables», a expliqué Miyoko Sakashita, le directeur Océans au Center for Biological Diversity. «Les campagnes sismiques, ce sont des explosions sous-marines qui entraînent la surdité et causent du stress et peuvent modifier les comportements des baleines et même mener à des échouages.»

 

 



[1] The Natural Resources Defense Council, the Gulf Restoration Network, the Center for Biological Diversity, et le Sierra Club.

[2] http://www.20minutes.fr/article/1018367/forages-offshore-avec-bonne-connaissance-sous-sol-peut-limiter-risques

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus