Des antidépresseurs dans nos légumes?

Le 22 septembre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des antidépresseurs pour assaisonner nos fruits et légumes
Des antidépresseurs pour assaisonner nos fruits et légumes
DR

Les fruits et légumes arrosés avec des eaux usées contiennent de petites quantités de médicaments, qui échappent aux stations d’épuration, selon une étude publiée dans la revue Environmental Science & Technology. Si le risque sanitaire semble a priori négligeable, des incertitudes demeurent.

Qu’elles soient brutes ou traitées, les eaux contiennent tout un cocktail de résidus médicamenteux. Selon une étude réalisée en 2011 par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), l’antiépileptique carbamazépine arrive en tête, suivi par l’antidépresseur oxazepam, le paracétamol et l’ibuprofène.

Reste à savoir si cette contamination pose un problème sanitaire. Pour l’Anses, il serait négligeable, du moins en ce qui concerne la carbamazépine et son principal métabolite; selon d’autres travaux, le cocktail médicamenteux présent dans l’eau du robinet pourrait au contraire engendrer un risque d’autisme, et des troubles du comportement seraient déjà observés chez les poissons de rivière.

Les eaux destinées à la consommation humaine (EDCH) sont-elles pour autant le seul vecteur alimentaire de ces résidus de médicaments? Certainement pas: d’une part il y a ceux d’usage vétérinaire utilisés dans les élevages. D’autre part, les fruits et légumes irrigués avec des eaux usées pourraient bien s’imprégner de ces substances.

C’est ce que révèle l’étude publiée par l’équipe de Jay Gan, du département de sciences de l’environnement à l’University of California (Riverside). Pour la première fois, les chercheurs ont étudié la présence de résidus de médicaments dans des légumes cultivés en champ, arrosés avec des eaux usées.

Premier constat: cette eau contenait chacune des 19 substances ciblées par les chercheurs, dont 16 résidus de médicaments et 3 utilisés dans des produits de soins et d’entretien. Conséquence: 7 d’entre eux étaient retrouvés dans les parties comestibles des légumes analysés, à savoir la carbamazépine, le DEET [1], les antiépileptiques dilantine et primidone, l’anxiolytique méprobamate, l’anti-inflammatoire naproxène, l’agent biocide triclosan (un perturbateur endocrinien présent dans des savons, shampoings et dentifrices).

Pourquoi les carottes rendent aimables

Au final, 64% des échantillons testés contenaient au moins l’une de ces substances. Le légume le plus imprégné était la carotte, un légume-racine, suivis par les légumes feuilles (laitue, chou, épinard) puis par les légumes fruits, dont le concombre, le poivron et la tomate.

Certes, ces résidus de médicaments ne sont présents qu’à l’état de traces. En tenant compte des habitudes de consommation, une personne n’ingérerait en moyenne que 3,69 microgrammes par an de ces résidus -du moins ceux apportés par les légumes testés. Soit une dose très inférieure à celle retrouvée dans un seul comprimé, généralement entre 10 et 200 milligrammes.

Il y a donc a priori peu de risques pour le consommateur, concluent les chercheurs. Le doute n’est toutefois pas entièrement levé, notamment pour la carbamazépine, qui à de plus fortes doses entraîne des malformations congénitales. Les chercheurs n’ont pas testé la présence des métabolites secondaires, or pour la carbamazépine ceux-ci sont souvent plus abondants dans les eaux usées que la substance originelle. Et même à faible dose, il est inquiétant de trouver cet antiépileptique aussi omniprésent.

Avec des problèmes croissants d’accès à l’eau, l’irrigation par les eaux usées a de beaux jours devant elle. Parmi les pays qui y recourent le plus, les Etats-Unis (en particulier la Californie, confrontée depuis 3 ans à une sécheresse historique), la Chine, Israël, l’Espagne et l’Italie. Si la France est très en retard à ce sujet, plusieurs îles, aux moindres ressources en eaux, utilisent leurs eaux usées, dont Ré, Noirmoutier, Oléron et Porquerolles.

[1] Le N,N-diéthyl-3-méthylbenzamide (DEET) est utilisé comme répulsif contre les insectes et les acariens.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus