Des algues immergées pour compenser les émissions carbonées

Le 30 août 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Des algues pour stocker le carbone
Des algues pour stocker le carbone

La production d’algues mangeuses de CO2 représente un potentiel de séquestration du carbone intéressant, selon une étude publiée le 29 août dans la revue Current Biology.

La production d’algues carbophiles permettra-t-elle de «compenser» une partie des émissions carbonées ? C’est ce que proposent des chercheurs de l’université de Santa Barbara. L’idée est de cultiver et de récolter des algues en vue de les immerger au fond des océans, où le carbone absorbé par photosynthèse serait envoyé par grand fond.

 

«Ce n’est pas une solution miracle, ni une industrie qui existe encore. Mais elle a un potentiel énorme», affirme Halley Froehlich, l’auteure principale de l’étude.

 

A condition d’y mettre toutefois les moyens. Pour extraire de l’atmosphère l’équivalent de la moitié des émissions carbonées du secteur agro-alimentaire (hors déforestation), il faudrait cultiver des algues sur 7 millions de km2 d’océans. Dit autrement, il faudra multiplier par 3.600 la surface mondiale des fermes aquacoles. Pas gagné.

 

Selon l’étude, la Californie pourrait tester efficacement ce dispositif, en raison de sa politique volontariste en faveur du climat et ses eaux marines riches en nutriments. Une couverture de 3,8% de la zone économique exclusive de la côte ouest suffirait à compenser les émissions carbonées de l’ensemble du secteur agricole californien.

 

De nombreuses inconnues existent encore, comme l’évolution dans le temps des espèces immergées. Les algues ont en tout cas fait leur entrée dans le balbutiant projet de « carbone bleu ».

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus