Dernière heure du 30 avril

Le 30 avril 2018
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article

 

Les teuffeurs ne respectent rien : ni les interdictions des pouvoirs publics ni l’environnement.

 

Depuis vendredi 27 avril, de 20 à 25.000 personnes participent à la 25e édition du Tecknival, sur le site de l’ancienne base aérienne de Marigny. Problème, ce festival de musique électronique a été interdit par la préfecture de Marne, qui a publié, samedi 28 avril, deux arrêtés en ce sens.

 

Peine perdue: la propriété de l’armée, classée Natura 2000 et normalement protégée, avait déjà été envahie. Le festival devant se dérouler jusqu’à mardi soir. Ce qui n’est pas du goût des environnementalistes.

Roger Gony, le président du Conservatoire des espaces naturels de Champagne-Ardenne, a indiqué à l’AFP, avoir déposé plainte contre X pour «destruction d’habitat». La ligue de protection des oiseaux (LPO) Marne Nature Environnement devraient faire de même.

 

S’étendant sur 280 hectares, le site, géré par le conservatoire, abrite « une soixantaine d'espèces nicheuses » dont certaines sont menacées, mais aussi «410 espèces végétales» et «20 espèces d'orchidées sauvages», selon Roger Gony.

Au pleine nidification, «c'est une période très critique pour la faune: ce  sont des oiseaux, ils ont besoin de tranquillité. Nous-mêmes, quand on y va, c'est sur autorisation et de manière très discrète pour ne pas déranger», rappelle Etienne Clément, président de La Ligue de protection des oiseaux de Champagne-Ardenne.
 

«En quatre jours de temps on va foutre en l'air des années de gestion» sur «cet îlot de verdure dans un océan de plaine céréalière », déplore-t-il, rappelant que suite au Tecknival de 2005 «presque 200 tonnes de détritus» avaient été collectés après le départ des festivaliers.
 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus