Dernière heure du 3 mai

Le 03 mai 2018
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article

Nouvel épisode de l'accident industriel Smovengo, l'opérateur du nouveau Vélib parisien.

 

L'opérateur Smovengo a présenté jeudi 3 mai son plan d'urgence pour résoudre la crise du déploiement du nouveau Vélib à Paris.

«On a mis en place trois plans de sortie de crise», a détaillé Jorge Azevedo, directeur général de Smovengo lors d'une conférence de presse. Première étape, «le remplacement des vélos bloqués en station» d'ici au 8 mai. Ils sont «environ 3.000» selon J. Azevedo, qui a  précisé qu'il s'agissait encore d'une estimation.
 

Deuxième engagement pour le 8 mai: «le remplacement de 400 stations sous batterie», ces dispositifs destinés à palier les problèmes d'électrification des bornes, eux-mêmes peu fiables. Smovengo va d'ailleurs cesser d'ouvrir des stations fonctionnant sur batterie tout en maintenant le parc actuel.
 

Autre annonce, le «retrait temporaire des vélos électriques» qui sont trop souvent inutilisables à cause des problèmes d'électrification des bornes. Ces vélos, principal changement par rapport à la flotte du précédent opérateur JC Decaux, seront progressivement réintroduits indique Smovengo, à partir du moment où «l'ensemble des stations mises en service» seront «totalement électrifiées».
 

Le système Park+", qui devrait permettre de garer son vélo dans une station pleine mais s'est révélé trop complexe, sera lui aussi suspendu. L'opérateur promet aussi de doubler les effectifs de son centre d'appel. Smovengo s'engage par ailleurs à atteindre les «800 stations» installées  dont «80% électrifiées» pour fin juin au plus tard, contre environ 670 stations en place aujourd'hui (dont 400 fonctionnant sur batterie).



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus