Dernière heure du 20 avril

Le 20 avril 2018
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article

L'OCDE regrette le peu d'empressement des autorités portuaires à favoriser les navires propres.

Les ports n’en font pas assez pour réduire la pollution de la marine marchande, indique une étude, publiée, ce 20 avril, par le Forum international sur le transport (ITF). Selon ce groupe de travail de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) moins de 30 des 100 principaux ports de la planète mettent en batterie des mesures anti-pollution.

28 ports pratiquent le bonus environnemental

La plus commune (28 autorités portuaires l’utilisent) est la différenciation des tarifs d’utilisations des infrastructures en fonction des performances environnementales des navires. L’exemple le plus célèbre est celui des ports néerlandais d’Amsterdam et de Zaanstad qui pratiquent une ristourne de 20% sur leurs tarifs pour les bateaux électriques. La mesure est louable, reconnaissent les experts de l’OCDE, mais elle reste peu efficace, vu le faible nombre de ports et de navires concernés. En outre, ces bonus restent peu motivants pour les armateurs: les remises varient de 5% à 20%.

lignes électriques

Solution : le déploiement d’infrastructures portuaires facilitant l’accueil de bateaux propres, comme des systèmes de recharge de batteries des navires électriques, déjà mis en service à Marseille. Une stratégie récemment adoptée par les ports de Los Angeles et de Long Beach, en Californie.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus