Dernière heure du 11 avril

Le 11 avril 2018
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article

Les DUP des LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax ont été régulières, estime le Conseil d'Etat.

 

Le Conseil d'État a rejeté mercredi 11 avril les nombreux recours en annulation émanant de collectivités, d'élus ou d'associations, contre les projets de lignes à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax.


Par un décret du 2 juin 2016, les travaux nécessaires à la réalisation de ces deux lignes ferroviaires ont été déclarés d'utilité publique. Or plusieurs communes et intercommunalités riveraines du projet, associations de défense de l'environnement, représentants des terroirs viticoles traversés par la LGV, et simples particuliers avaient demandé au Conseil d'État l'annulation de ce décret.
 

Ce dernier a rejeté leurs demandes et validé le projet en soulignant que la «procédure suivie a été régulière». Sur le fond, il reconnaît «l'intérêt public que présente ce projet pour l'aménagement du territoire», et estime que «les expropriations envisagées pour sa réalisation sont nécessaires pour atteindre les objectifs de l'opération».
 

Enfin, il juge que «les coûts, les atteintes portées à la propriété privée et les risques pour les autres lignes de transport ne sont pas de nature à retirer aux lignes ferroviaires projetées leur caractère d'utilité publique, compte tenu en particulier des mesures prises afin de réduire les effets dommageables du projet, les atteintes à l'environnement, à l'agriculture, à la viticulture, à la forêt, aux monuments historiques et à la chasse».



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus