Dépollution: marché florissant en Europe de l’Est

Le 10 août 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
coal-power-plant
coal-power-plant

Le choix des pays de l’Est nouvellement membres de l’Union européenne de privilégier le charbon est une aubaine pour les industriels spécialisés dans la dépollution. C’est ce que montre une étude d’un cabinet de conseil.

Selon cette étude de Frost & Sullivan, la législation communautaire et les problèmes climatiques favorisent le matériel antipollution atmosphérique sur les marchés des centrales électriques des pays d'Europe Centrale et de l'Est (Peco). L'achat du matériel aurait rapporté 407 millions d'euros en 2006, et pourrait atteindre 785 millions d'euros en 2013.

«La législation est indéniablement le moteur le plus important de la croissance des ventes de technologies de contrôle de la pollution de l'air», constate dans un communiqué Jonathan Robinson, analyste de recherche chez Frost & Sullivan. «La directive relative aux grandes installations de combustion (GIC) est la plus importante des multiples nouvelles législations.»

Le succès des systèmes de dépollution provient également du fait que les gouvernements de ces pays ont choisi de maintenir le charbon comme une partie importante de leur approvisionnement énergétique. «Si des structures nucléaires ou gazifères à large échelle voient le jour, alors le marché des technologies environnementales sera limité car aucun de ces combustibles ne rejette la même variété ni le même niveau d'émissions que le charbon», précise le cabinet d'études et de conseil en stratégie dans un communiqué.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus