Denez L’Hostis réélu à la tête de FNE

Le 30 mars 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Denez L'Hostis attend de pied ferme une loi ambitieuse sur la transition énergétique
Denez L'Hostis attend de pied ferme une loi ambitieuse sur la transition énergétique

Denez L’Hostis a été reconduit à la tête de France Nature Environnement (FNE) le 28 mars, lors de l’assemblée générale de la fédération. Il s’agit du second mandat de cet ancien chercheur à l’Inra[1] et à l’Ifremer[2], diplômé de l’Essec en 1970.



[1] Inra: Institut national de la recherché agronomique

[2] Ifremer: Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer

 

 

Ce Breton de 68 ans avait remplacé Bruno Genty le 5 avril dernier à la présidence de la fédération créée en 1968. Engagé dans la protection de l’environnement depuis plus de 40 ans, notamment au sein d’«Eau et rivières de Bretagne» et de «Bretagne vivante», il a participé au mouvement de lutte contre l’extension du camp militaire du Larzac et s’est opposé à la création d’une centrale nucléaire à Plogoff (Finistère).

Il a également porté les couleurs d’Europe Ecologie-les Verts en tant que vice-président de Quimper communauté et conseiller municipal de Quimper. Un parti qu’il a quitté en 2013.

 

Où est passée l’agro-écologie?

L’assemblée générale de FNE a donné l’occasion à Denez L’Hostis de répondre au Premier ministre Manuel Valls, qui avait qualifié –la veille- les agriculteurs de «meilleurs écologistes de notre pays». «Moins de démagogie et plus d’agro-écologie, monsieur le Premier ministre», demande FNE qui rappelle que l’usage des pesticides s’est accru de 5% entre 2009 et 2013, et que 602 pesticides différents ont été détectés dans les cours d’eau de l’Hexagone en 2012.

Denez L’Hostis a cosigné, le 7 mars, une tribune avec la présidente de la Fnab Stéphanie Pageot pour dénoncer la baisse de 25% des aides au maintien de l’agriculture biologique. Un coup de gueule salutaire puisque ces aides ont été rétablies 9 jours plus tard par le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll.

Participant à l’AG, la ministre de l’écologie Ségolène Royal s’est par ailleurs engagée à trouver une issue à la situation de blocage autour de la réserve naturelle d’Iroise. A l’origine du projet, l’association Bretagne vivante s’est vu confier sa gestion en octobre 1992. Elle a ensuite été associé au parc naturel marin d’Iroise puis a été évincée en juin 2014 par le préfet du Finistère.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus