Demande de modification des LMR existantes pour le pyraclostrobine dans diverses cultures : avis de l'Efsa

Le 06 avril 2011 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 30/03/2011 par Alda Bassanza

Produits ajoutés aux aliments > Substances indésirables

 

Suite à une demande de la Commission européenne, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a été amenée à émettre un avis, le 23 mars 2011, sur la demande de modification des limites maximales de résidus (LMR) de la substance "pyraclostrobine"dans diverses cultures.

Conformément à l'article 6 du règlement n° 396/2005 du 23 février 2005 concernant les LMR de pesticides présents dans ou sur les denrées alimentaires et les aliments pour animaux d'origine végétale et animale, l'Allemagne a présenté une demande à la Commission visant à obtenir la modification des LMR existantes du "pyraclostrobine" dans diverses denrées alimentaires et cultures.

L'Efsa considère que certaines propositions de LMR sont suffisamment étayées par les données scientifiques et qu'aucun risque pour les consommateurs n'a été identifié. Elle a ainsi recommandé de relever les LMR suivantes (en mg/kg) :
- de 1 à 2 pour les oranges ;
- de 0,02 à 0,04 pour les arachides.

Cependant, l'Efsa estime que les données sur les résidus pour les pamplemousses ne sont pas suffisantes pour qu'une modification de LMR soit effectuée et maintient les LMR des graines de tournesol à 0,3 mg/kg et à 0,02 mg/kg pour le soja.

Par ailleurs, l'Efsa considère que les propositions de LMR à 0,02 mg/kg pour plusieurs produits, notamment les graines de colza ou de moutarde sont suffisamment étayées par des données scientifiques, mais ne seront admises que si le demandeur fournit la preuve que la modification génétique du colza et du tournesol ne modifie pas le métabolisme des diverses cultures.

Pour rappel, le règlement  n° 396/2005 du 23 février 2005, fixe les quantités maximales autorisées de résidus de pesticides qui peuvent se trouver dans les produits d’origine animale ou végétale destinés à la consommation humaine ou animale. Ces LMR comprennent, d’une part, des LMR spécifiques à certains aliments à destination humaine ou animale et, d’autre part, une limite générale applicable lorsque aucune LMR particulière n’a été fixée. L’objectif est d’assurer que les résidus de pesticides présents dans les aliments ne constituent pas un risque inacceptable pour la santé des consommateurs et des animaux.

Source : Avis de l'Efsa, "Reasoned opinion of EFSA: Modification of the existing MRLs for pyraclostrobin in various crops", 23 mars 2011.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus