Delta Airlines vise la neutralité carbone à 1 milliard de dollars

Le 17 février 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
En octobre dernier, la compagnie américaine a investi 2 millions de dollars pour s'associer à Northwest Advanced Biofuels pour une étude d'une installation de production de biocarburants.
En octobre dernier, la compagnie américaine a investi 2 millions de dollars pour s'associer à Northwest Advanced Biofuels pour une étude d'une installation de production de biocarburants.

Delta Airlines a annoncé qu’elle serait entièrement neutre en carbone au cours de la prochaine décennie, alors que son directeur général a affirmé qu’il ne voyait pas l’avenir sans kérosène.

 

1 milliard(Md) de dollars (920 M€). Voilà ce que coûterait la neutralité carbone à Delta Air Lines. La compagnie a annoncé un plan d’investissement qui s’étendrait sur toute la décennie. Elle compte plafonner ses émissions de CO2 par rapport à 2012, alors que le dioxyde de carbone émis par les compagnies aériennes a augmenté de 32% de 2013 à 2018. Une décision qui tombe à pic dans un secteur qui fait face aux pressions venant des pouvoirs publics comme de la société civile, pour réduire son impact sur l’environnement.

L’annonce concernera toutes les activités du groupe. Même si, à ce jour, le plan d’investissement n’est pas connu dans le détail. Cependant, le directeur général de Delta, Ed Bastian, a précisé dans un communiqué de presse que l'initiative débutera dès le 1er mars. Priorité sera donnée au renouvellement de la flotte d’avions vers des modèles plus récents et plus économes en carburant et vers les biocarburants.

Concernant le renouvellement des flottes, Delta avait déjà fait l’acquisition de 80 nouveaux avions en 2019 moins gourmands en carburant. En octobre dernier, la compagnie américaine a investi 2 millions de dollars (1,85 M€) pour s'associer à Northwest Advanced Biofuels pour étudier l’installation d’une usine de production de biocarburants. En parallèle, Delta continuera d'investir dans des programmes de compensation carbone. En soutenant des programmes de reforestation, de restauration de zones humides et de conservation de prairies. «Les compensations carbone ne sont pas la solution, nous devons investir dans des projets qui font la différence», a néanmoins rappelé Ed Bastian.

Paradoxe

Delta se veut donc ambitieuse. Mais les déclarations de ce même Ed Bastian sur le plateau de CNB vendredi 14 février laissent dubitatives. «Nous continuerons d'utiliser le carburéacteur […] Nous investirons dans des technologies pour réduire l'impact du kérosène. Mais je ne vois pas d'avenir où nous éliminerions le kérosène de notre empreinte.» Plutôt que de changer de carburant, la stratégie serait plutôt d’en réduire l’usage.

Dans le cadre de ce plan d’investissement, la compagnie fait l’impasse sur des engagements clairs  en faveur de technologies de ruptures comme la motorisation hybride par exemple. De grandes oubliées pourtant présentées comme les seules, avec les biocarburants, à même de réduire significativement les émissions des avions (lien), qui représentent 98% des émissions de Delta.

Pour renouveler et moderniser la flotte, 1 milliard de dollars (920 M€) sur 10 ans semble aussi très insuffisant. Ces dépenses ne seront que de 100 millions de dollars (92 M€) chaque année, soit 0,2% du chiffre d’affaire annuel (44 Mds $ ou 40 M€). Par ailleurs, un seul Boeing 737 coûte la bagatelle de 90 millions de dollars (83 M€). Delta aura donc bien du mal à renouveler une flotte comptant des centaines d’appareils à moins d’annoncer d’autres investissements en parallèle.