Delphine Batho opposée à la libéralisation des barrages

Le 25 octobre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
49 contrats arrivent à échéance d'ici fin 2015
49 contrats arrivent à échéance d'ici fin 2015

La ministre de l’écologie s’est déclarée le 24 octobre contre la libéralisation de l’hydroélectricité, préférant travailler sur des scénarios alternatifs à la mise en concurrence des concessions d’EDF et de GDF Suez, lors de son audition par la Commission du développement durable de l’Assemblée nationale.

«Les concessions arrivent à leur fin dans les années à venir, et leur renouvellement semble devoir passer par une mise en concurrence décidée à la fois par le cadre européen et la loi Sapin, une loi française de 1993 qui concerne notamment les délégations de service public», a-t-elle déclaré.

«J’ai demandé l’étude de scénarios alternatifs», a-t-elle poursuivi, tout en rappelant que la Commission européenne était au contraire favorable à une libéralisation.

49 barrages français, actuellement gérés par EDF ou GDF Suez, sont censés faire l’objet d’un renouvellement, accompagné d’une mise en concurrence de nouveaux exploitants, d’ici la fin 2015. Ils représentent une capacité totale de 5.300 mégawatts, soit un cinquième de la puissance du parc hydraulique français.

Cette mise en concurrence avait été annoncée au printemps 2010, par le précédent gouvernement, mais le calendrier des premiers appels d’offre avait sans cesse été reporté. Plusieurs sociétés françaises et européennes s’étaient déjà mobilisées pour y répondre.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus