Déforestation tropicale: des effets climatiques sous-estimés

Le 31 octobre 2019 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'Amazonie brésilienne, première victime
L'Amazonie brésilienne, première victime

Les émissions liées à la destruction des forêts tropicales encore intactes sont 6 fois plus élevées qu’on ne l’estime actuellement, en tenant compte des effets à long terme, révèle une étude publiée mercredi 30 octobre dans la revue Science Advances. Pourtant, ces forêts vierges font étonnamment l’objet de peu d’intérêt.

Parmi les forêts tropicales, 20% sont estimées intactes, non affectées par l’activité humaine. Bien que stockant 40% du carbone forestier tropical, ces forêts, qu'elles soient brésiliennes, congolaises ou indonésiennes, font l’objet de relativement peu d’actions de conservation.

Lancé en 2008, l’initiative REDD+[i], qui offre des incitations financières aux Etats en échange d’une action climatique via la protection des forêts, porte principalement sur des zones à forte déforestation, ou déjà en cours de dégradation. Tout effort de restauration ou de conservation y a en effet des effets rapides sur le stock de carbone.

D’importants effets à long terme

C’est un tort de ne pas porter plus d’attention aux forêts intactes, où les bénéfices sont certes plus lointains, mais aussi importants, estiment Sean Maxwell, de l’ONG Wildlife Conservation Society (New York), et ses collègues dans leur étude. A première vue, les bénéfices peuvent en effet paraître faibles: entre 2000 et 2013, leur surface a diminué de 7,2%, ce qui n’équivaut qu’à 3,2% des émissions liées à la déforestation tropicale au cours de cette période –soit 338 millions de tonnes de carbone (MtC).

Les impacts à plus long terme sont toutefois très importants, car d’autres facteurs s’ajoutent à la simple destruction des arbres. Cette déforestation ouvre en effet de nouvelles parcelles à l’abattage sélectif, et favorise aussi, par la fragmentation des forêts, un ‘effet bordure’: à la lisière des forêts, le stockage de carbone est nettement moins efficace. De plus, la chasse se voit favorisée, avec la destruction d’espèces dispersant les graines, et donc l’arrivée de nouveaux arbres.

Surtout, la destruction des forêts intactes empêche le stockage ultérieur de carbone d’origine anthropique. Selon les chercheurs, épargner les forêts vierges abattues entre 2000 et 2013 aurait permis de stocker 972 MtC d’ici 2050. En tenant compte de tous ces facteurs, ce ne sont pas 338 MtC qui ont été émises, mais 2,116 milliards de tonnes (gigatonnes, GtC), soit 626% de plus!

Une «bombe à retardement»

«L’intérêt de conserver ces forêts intactes est encore plus pressant si l’on tient compte des impacts à long terme, en considérant l’état des forêts au milieu du siècle –une date-phare de l’accord de Paris. L’expansion agricole, l’abattage des arbres, le développement des infrastructures et les incendies ont réduit ces forêts intactes de 7,2% entre 2000 et 2013, mais les émissions réelles n’ont pas été prises en compte», observe Tom Evans, également de la Wildlife Conservation Society et co-auteur de l’étude.

Pour Sean Maxwell, qui qualifie le phénomène de «bombe à retardement», «il y a un besoin urgent de sauver ces milieux car ils jouent un rôle indispensable dans la régulation du climat». Selon les chercheurs, la situation doit aussi être évaluée dans les pays du Nord à forte couverture forestière, notamment la Russie et le Canada: entre la moitié et les deux tiers du carbone prélevé dans les écosystèmes impacts le sont en-dehors des tropiques.



[i] Reducing emissions from deforestation and forest degradation

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus