Défendre le loup avec le droit et l’opinion publique

Le 01 octobre 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Trois quarts des Français en faveur du loup sur notre territoire.
Trois quarts des Français en faveur du loup sur notre territoire.
DR

C’est devant le tribunal administratif de Nice que se jouera, demain 2 octobre, l’un des épisodes du retour chahuté du loup en France. L’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas), Férus et France Nature Environnement ont déféré les 7 arrêtés du préfet des Alpes-Maritimes autorisant tout chasseur à prélever des loups dans le cadre de chasses en battue. Cette action judiciaire complète celle engagée par l’association Férus seule, qui a porté plainte au pénal auprès du procureur de la République de Nice, pour destruction d’espèce protégée en bande organisée. Objectif: contrer la circulaire du ministère de l’écologie autorisant ces tirs dans les Alpes-Maritimes, les Alpes-de-Haute-Provence et le Var, sans supervision de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

 

Loup, espèce protégée

«Le loup est une espèce protégée par la Convention de Berne et la directive Habitats», rappelle l’association, qui redoute que la situation devienne «incontrôlable», avec des autorités «totalement dépassées par les événements» face à des éleveurs et des chasseurs «[qui] trépignent déjà d’impatience à l’idée de pouvoir organiser ces battues d’un autre siècle». Le président de l’Aspas, Pierre Athanaze, a cosigné avec la Ligue de protection des oiseaux (LPO) un courrier au préfet de la Drôme pour l’informer que tout arrêté sur le sujet –qui serait en préparation- serait immédiatement attaqué.

 

Un loup tué ce week-end

Deux loups ont déjà été tués dans le cadre des battues au gibier dans les Alpes-Maritimes les 21 et 22 septembre. Un autre animal a été abattu le 27 septembre par des agents de l’ONCFS dans le massif du Thabor-Galibier, grâce à un arrêté délivré le 27 septembre 2013 par le préfet de Savoie, qui autorise le tir de prélèvement de deux loups afin de protéger les troupeaux.

 

Français favorables au loup

C’est dans ce contexte tendu que paraît un sondage Ifop commandé par l’Aspas et One Voice, qui indique que 76% des Français considèrent le loup comme ayant toute sa place dans la nature en France, et que 80% d’entre eux sont farouchement opposés à son éradication. 6% seulement des personnes interrogées se montrent fermement opposées à sa présence, notamment chez les plus de 65 ans.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus