Déconfinement des transports : haut les masques !

Le 20 avril 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Comment respecter les règles de distanciation dans les transports collectifs ?
Comment respecter les règles de distanciation dans les transports collectifs ?
DR

Appliquer les règles de distanciation sociale semble incompatible avec une relance massive des transports collectifs, à partir du 11 mai. Explications.

Malgré le brouillard entourant les modalités du déconfinement, autorités organisatrices de la mobilité (AOM), gouvernement et opérateurs tentent d’esquisser  leurs scénarios de sortie de crise. Avec une préoccupation constante: comment se déplacer en réduisant les risques de contamination? «Dès lors que nous allons procéder progressivement au déconfinement, nos concitoyens vont se retrouver dans des configurations où la densité va être évidemment beaucoup plus grande, il faut donc que nous étudiions les gestes barrières et la distanciation qui est susceptible d’être mise en œuvre», a résumé le Premier Ministre Edouard Philippe, lors de sa conférence télévisée du 19 avril.

Distance stricte

Problème, la distanciation sociale est difficile à mettre en place, notamment dans les réseaux métropolitains. Lors de son audition au sénat, le 15 avril, le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, rappelait que l’instauration d’une distance de 1 m entre chaque passager allait réduire de 80% la capacité d’emport d’une rame de métro, d’un bus ou d’un tramway. Contreproductif et risqué. Car, plus d’attente pour les passagers, ce sont des stations qui risquent l’engorgement. C’est aussi le modèle économique de certains transporteur qui serait durablement affecté. Les TGV — non subventionnés — sont rentables à partir d’un taux de remplissage de 60% par exemple.

Désengorger

D’aucuns imaginent accompagner la reprise progressive des transports collectifs urbains par un accroissement de l’offre vélo. Paris, ou encore la métropole de Lyon envisagent d’adopter une stratégie d'urbanisme tactique lors du déconfinement. Objectif : favoriser les déplacements à bicyclette et à pied, pour diminuer la demande de bus ou de métro. Ce report modal ne sera pas forcément bon pour le climat. «En Asie, suite au déconfinement, la fréquentation des services de transport a chuté de 40% par rapport à ce qu’elle était avant la crise», indique un porte-parole du Groupement des autorités responsables de transport (Gart). Reprendre sa voiture: une autre façon d’appliquer la distanciation. Pour éviter la congestion des axes routiers, le Gart demande le maintien du télétravail au-delà du 11 mai. De quoi faire jaser dans les familles pénalisées par deux mois de garde d’enfants.

Complémentarité

Faute d’une panacée, le port du masque obligatoire semble devenir une option incontournable. «Il faut vraiment que le port du masque soit obligatoire pour les transports», insiste Jean-Pierre Farandou. Même son de cloche au sein de la région Ile-de-France. Dans un communiqué, sa présidente demande à l'État de l’imposer «pour les voyageurs, contrôlés par les forces de l'ordre avec verbalisation des contrevenants».  Pour l’heure, le secrétaire d’Etat chargé des transports, Jean-Baptiste Djebbari, doit remettre des propositions à Matignon en fin de semaine.