Déconfinement: ce que proposent les maires

Le 22 avril 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Il va y en avoir des déchets en déchetterie.
Il va y en avoir des déchets en déchetterie.

L’AMF publie des recommandations en matière de mobilité et de gestion de déchets.

 

A trois semaines de la date annoncée pour un début de déconfinement, les propositions fusent. Dernière salve en date: celle de l’Association des maires de France (AMF). Dans une brochure, publiée le 21 avril, l’organisation présidée par François Baroin rappelle que trois conditions doivent être réunies pour une sortie réussie: un dispositif national mais adaptable localement, des «mesures territorialisées et progressives», une meilleure informations des élus locaux.

des masques dans les transports

Les propositions de l’AMF concernent majoritairement la garantie de la sécurité sanitaire (masques, tests de dépistage), la réouverture des services publics (école notamment) et les actions en faveur de la vie économique et sociale.

Pour amorcer en douceur une reprise des transports collectifs, les édiles recommandent le port du masque obligatoire dans tous les modes de transport. Pour les décongestionner, l’AMF préconise de «favoriser l’usage du vélo et [de] faciliter les activités de free-floating en adaptant l’usage de la voirie». Sur le modèle de ce que proposent déjà plusieurs collectivités en Europe.

des délais pour les déchets

Les maires s’inquiètent de la réouverture prochaine des déchetteries. Et plus particulièrement de la difficulté à concilier maintien des gestes barrières et gestion de grands tonnages de déchets stockés par les particuliers. Il faudra probablement ouvrir des stockages temporaires, installations qui devront être agréées par les DREAL.

A ce propos, l’AMF souhaite que les DREAL se montrent compréhensives «sur les modalités de traitement des tonnages collectés pendant le confinement et dans les premiers jours de la sortie du confinement.» Les élus souhaitent notamment que la période de stockage des déchets à risques infectieux (masques, gants, mouchoirs et lingettes) puisse être allongée, le temps que les installations de traitement remontent en capacité.