Déchets: un centre de tri en plein Paris

Le 05 mai 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Traiter les déchets au plus près de là où ils sont produits. C’est l’objectif poursuivi par le Syctom, l’agence métropolitaine de gestion des déchets ménagers, qui a présenté le 4 mai son premier centre de tri dans Paris intra muros.
 
Le Syctom traite les déchets de la moitié de la population francilienne –soit 5,5 millions d'habitants- collectés par ses 84 communes adhérentes. Situé dans le XVe arrondissement parisien, le nouveau centre de tri des collectes sélectives est une première: la ville a en effet toujours éloigné ses déchets du centre, afin qu’ils soient traités loin du regard et de l’odorat de ses habitants (dans le JDLE).
 
Capable de recevoir les collectes sélectives de plus de 350.000 habitants, provenant principalement des XIVe et XVe arrondissements, l’installation est dimensionnée pour traiter 15.000 tonnes de résidus par an. Sa mise en service se fait progressivement depuis janvier 2011. «C’est une manière pour Paris d’assumer ses déchets», a indiqué Bertrand Delanoë, le maire de Paris présent lors de la visite. Cela permet surtout de réduire les nuisances et les coûts liés à la circulation des bennes de collecte.
 
Pré-triés par les habitants et déposés dans le bac de collecte sélective –«le bac jaune» à Paris– les emballages ménagers (petit électroménager, cartons, briques alimentaires, bouteilles et flacons en plastique, acier et aluminium) et les papiers sont collectés et amenés directement dans le centre de tri. Ils y sont triés par type de matériaux puis conditionnés avant d’être acheminés vers les filières de recyclage. Les 30% de «rebuts» sont envoyés non loin, dans le centre, flambant neuf, d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) pour être incinérés.
 
L’infrastructure aura coûté près de 30 millions d'euros (auxquels il faut rajouter 150.000 € par an à payer à la ville de Paris pour la mise à disposition du terrain). Une somme colossale, qui s’explique par un niveau de qualité important. Etre en pleine ville, cela a un coût. «Le bâtiment bénéficie d’une architecture moderne et parfaitement intégrée à son environnement. Il répond à des critères de haute qualité environnementale: matériaux recyclés privilégiés, toiture végétalisée, capteurs solaires, cellules photovoltaïques, etc.», justifie le Syctom et son président François Dagnaud.
 
Quotidiennement, 20 camions-bennes apportent les collectes et 5 semi-remorques évacuent les balles de matériaux triés vers les filières de recyclage. Les matériaux triés sont transportés en priorité par voie fluviale à partir du port de Boulogne-Billancourt.
Le projet se veut également pédagogique. Un circuit de visite permet aux visiteurs de comprendre comment sont triés les emballages issus des bacs jaunes, avant d’être envoyés vers les différentes filières de recyclage des matériaux.
 
A l’horizon 2014, le Syctom compte doubler ses capacités de tri, par la construction de cinq nouveaux centres de tri, dont deux à Paris: un aux Batignolles (XVIIe), l’autre à Bercy (XIIe).


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus