Déchets: tous mauvais élèves

Le 25 août 2006 par Laure Pollez
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

«Globalement, en dépit des progrès constatés, la mise en oeuvre de la législation en matière de déchets ne peut toujours pas être considérée comme satisfaisante». C'est avec ces mots que la Commission européenne entame son rapport sur la mise en oeuvre de la législation communautaire en matière de déchets pour la période 2001-2003. Tout y passe, des déchets dangereux aux déchets d'emballages, en passant par les boues d'épuration, sur la base des 6 directives de l'Union européenne sur ce thème (1). Et le constat global n'est pas très glorieux, effectivement: la production de déchets ménagers a augmenté pour atteindre 580 kilogrammes par personne et par an (kg/pers/an). Pour ce qui est du traitement, le recyclage a progressé, atteignant un taux moyen de 32%, mais les taux varient considérablement d'un Etat membre à l'autre (de 8% à 56%) et la mise en décharge, qui a légèrement reculé, reste la méthode prédominante (44% en moyenne) alors que l'incinération, surtout avec récupération d'énergie, est une option privilégiée dans certains Etats. La production de déchets dangereux a également augmenté, atteignant 120 kg/pers/an et la mise en décharge, là encore, a été la méthode de traitement prédominante (26% en moyenne), le taux de recyclage moyen atteignant quant à lui 21%. Une éclaircie au tableau, cependant: lors de la rédaction de ce rapport, la France avait été épinglée pour transposition incomplète de la directive sur les mises en décharge. Depuis, les textes ont été transposés, signe que la Commission ne prêche pas dans le vide.



(1) directives 75/442/CEE, 91/689/CEE, 75/439/CEE, 86/278/CEE, 94/62/CE et 1999/31/CE




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus