Déchets radioactifs: le débat va prendre du retard

Le 07 février 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les déchets nucléaires vont encore faire débat.
Les déchets nucléaires vont encore faire débat.

 

Le débat national sur le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR) pourrait ne débuter qu’à la fin du printemps.

Le projet Cigeo ne se caractérise pas par la célérité. Voilà des décennies que l’Etat, l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs et les collectivités de la Meuse et de la Haute-Marne phosphorent sur la construction du centre de stockage géologique de déchets radioactifs de Bure.

Ce ‘slow design’ déteint aussi sur le débat public. En mars 2018, le gouvernement avait décidé de saisir la Commission nationale du débat public (CNDP) pour organiser une nouvelle consultation des populations locales.

troisième débat

Ce troisième débat depuis 2005, qui portera en fait sur l’ensemble du PNGMDR, devait initialement débuter en fin d’année passée. Mais l’Etat n’ayant conclu sa convention financière avec la CNDP qu’au mois de novembre dernier, le calendrier prévu a dû être recalé.

Dans une décision publiée ce jeudi 7 février, la CNDP demande que le débat sur le PNGMDR soit repoussé au-delà du 15 avril «date annoncée des conclusions du Grand débat national».

La Commission présidée par Chantal Jouanno demande aussi aux maîtres d’ouvrage (la Direction générale de l’énergie et du climat et l’Autorité de sûreté nucléaire -ASN) de compléter leur dossier par des fiches pédagogiques «mettant en évidence les enjeux environnementaux et sanitaires liés à la politique de gestion des déchets et des matières radioactifs».

Elle demande enfin que la synthèse de l’excellent travail de clarification des controverses réalisé par la CNDP soit jointe au dossier soumis au débat.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus