Déchets: la consigne, c’est plus automatique

Le 20 novembre 2019
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Hier obligatoire, demain volontaire : c'est la consigne des bouteilles en plastique.
Hier obligatoire, demain volontaire : c'est la consigne des bouteilles en plastique.

Le futur dispositif de collecte des bouteilles en plastique devait s’imposer aux collectivités. Il semble désormais réservé aux territoires volontaires.

 

Le président de la république a ouvert la voie du volontariat. La secrétaire d’Etat à l’écologie a suivi ses pas.

Mardi 19 novembre, dans son discours aux maires réunis à Paris, Emmanuel Macron a amorcé un début de marche arrière sur la délicate question de la consigne des bouteilles en plastique.

«Nous devons bâtir avec vous sur les territoires des filières d'économie circulaire luttant activement contre le gaspillage. En la matière, vous avez d'ailleurs bien souvent pris vous-même des décisions, c'est pour cela que sur ce sujet et sur un sujet particulièrement sensible, comme celui de la consigne des bouteilles plastiques, rien ne sera fait sans l'accord des maires», a indiqué le locataire de l’Elysée.

«S'il y a un système de consigne»

Message transmis au Parlement. Auditionnée, ce mercredi 20 novembre, par la commission du développement durable de l’Assemblée nationale, Brune Poirson a entonné le refrain présidentiel. «S'il y a un système de consigne qui se met en place (...) les collectivités pourront décider où et comment ce système de consigne se met en place», a insisté la secrétaire d'État. «Elles gardent toute latitude, toute liberté, et ça n'a pas d'impact financier».

Annoncée au premier semestre, la mise en place de la consigne des bouteilles en plastique a été fortement critiquée par les élus locaux. Les collectivités craignent notamment que ce nouveau dispositif, initialement présenté comme obligatoire, nuise au modèle économique de la collecte sélective et des centres de tri.

La parole passe aux députés qui entament l'examen du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire en commission du développement durable à partir du 25 novembre.