Déchets électroniques: exportations illégales au Nigéria

Le 20 février 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Des déchets électroniques destinés au recyclage seraient exportés de façon illégale depuis la Grande-Bretagne vers le Nigeria, selon un communiqué de l’association Greenpeace publié mercredi 18 février.

Dans une enquête conduite en partenariat avec The Independent et Sky News, Greenpeace a suivi un appareil de télévision usagé, à l’aide d’un capteur GPS, depuis son dépôt dans un centre de recyclage municipal britannique, jusqu’à un marché électronique au Nigeria.

C’est une nouvelle démonstration du commerce croissant de déchets dangereux des pays développés vers les pays en voie de développement (Ghana, Nigeria, Chine, Inde, Pakistan) à cause de l’incapacité des fabricants à prendre en charge le recyclage de leurs produits, dénonce Greenpeace. Classé comme déchet dangereux, le téléviseur n’aurait jamais dû quitter la Grande-Bretagne, rappelle The Independent.

«Les gens les plus pauvres, souvent des enfants, démontent des télévisions, des téléphones portables, des consoles de jeux vidéo (...). Sans mesures de précaution, ils sont exposés à des matières chimiques hautement toxiques, comme le mercure, le plomb ou le cadmium», souligne Greenpeace.

L’ONG appelle les fabricants à mettre en place des circuits de reprise volontaire et à éliminer les substances dangereuses de leurs produits.

En 2007, une ONG américaine, Basel Action Network, a publié un rapport affirmant qu'environ 500 containers, contenant quelque 400.000 ordinateurs d'occasion, étaient déchargés tous les mois à Lagos, capitale économique du Nigeria, rappelle une dépêche AFP du 18 février.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus