Déchets du BTP: 60% de valorisation en Rhône-Alpes

Le 19 septembre 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Bruxelles vise 70% de valorisation en 2020
Bruxelles vise 70% de valorisation en 2020

La région Rhône-Alpes se démarque dans sa gestion des déchets du bâtiment et des travaux publics. Elle a en effet atteint un taux de valorisation de 60% l’an dernier selon l’étude du Centre économique Rhône-Alpes (Cera), la première du genre, publiée le 17 septembre.

Commandée par l’Union nationale des producteurs de granulats (UNPG), cette étude estime à 20,9 millions de tonnes le gisement de déchets du BTP produits l’an dernier dans la région. En moyenne, 30% de ces tonnages ont été réemployés sur le chantier d’origine ou sur d’autres chantiers.

Les 14,2 Mt de déchets restants ont été accueillis dans des installations de traitement: 37% ont été recyclés, 30% ont été utilisés en réaménagement de carrière, 11% ont été utilisés sur un autre projet (aménagement, remblai, etc.). A l’inverse, 19% ont été stockés de façon provisoire ou ultime.

Au total, le taux de valorisation (réemploi, recyclage et valorisation) a donc atteint un peu plus de 60% des déchets envoyés dans des installations en 2012.

Selon l’étude, 25% des besoins du secteur de la construction sont d’ailleurs couverts, en Rhône-Alpes, par des matériaux recyclés.

Dans l’Hexagone, le gisement des déchets du BTP pèse lourd: environ 250 Mt/an. L’Europe s’est fixé pour objectif de valoriser 70% de ces résidus en 2020.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus