Déchets de navires : l’UE va financer un projet d’enlèvement en Mauritanie

Le 14 décembre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les épaves de bateaux qui encombrent la baie de Nouadhibou en Mauritanie (à 465 kilomètres au nord de Nouakchott), vont bientôt être enlevées. C’est ce qui résulte d’un accord conclu le 13 décembre entre le gouvernement mauritanien et l’Union européenne.

Les épaves sont celles de navires de pêche, de diverses nationalités, « dont l'exploitation a été abandonnée pour des raisons techniques ou commerciales », précise le Centre européen de recherches et d'études sous-marines (Ceres). « Beaucoup d'unités ont été échouées à la côte, d'autres, mouillées dans la baie, ont fini par couler, certaines enfin sont encore à flot, mais toutes sont hors d'état de naviguer », précise-t-il.

Après plusieurs années d’atermoiements, c’est finalement une société néerlandaise (Mammoet Salvage BV[1], filiale de Mammoet Holding BV, spécialiste du transport de charges lourdes et du levage) qui se chargera de ce projet qui devrait s'étaler sur 18 mois. 57 épaves qui gênent la circulation maritime seront retirées de la baie, grâce à un financement de l’Union européenne de 28,8 millions d'euros.

Pendant les travaux, l'entreprise devra « respecter l'équilibre environnemental de la baie tout en permettant l'activité économique et commerciale du port », a précisé l’Union européenne dans un communiqué. Les 57 épaves seront soit récupérées « sous réserve d'exportation à profit, soit enlevées et coulées au large[2] dans une zone déterminée par le maître d'oeuvre, soit enlevées et entreposées dans une zone de dépôt située au Nord de la baie déterminée par le maître d'œuvre », peut-on lire dans l’appel d’offre de l’UE.

La société néerlandaise devra également effectuer la dépollution de ces épaves (gestion des polluants liquides et gazeux) et gérer la prévention de la pollution du site.



[1] Cette même société avait obtenu le contrat de démantèlement du sous-marin nucléaire russe Koursk, ayant coulé en 2000 avec l'ensemble de son équipage.

 

[2] Une fois dépolluées, les épaves peuvent servir d’habitat pour la petite faune marine



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus