Déchets de chantier: «Les maîtres d’ouvrage peuvent accélérer le recyclage»

Le 31 janvier 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Claude Prigent préside Yprema
Claude Prigent préside Yprema

La métropole du Grand Paris a lancé le 25 janvier un nouveau groupe de travail dédié à l’économie circulaire. Le recyclage des déchets de construction avance-t-il pour autant? Le point de vue de Claude Prigent, président de la société Yprema.

 

Les chantiers du Grand Paris sont l’occasion de passer à la vitesse supérieure. Pourquoi le recyclage des déchets de construction reste-t-il balbutiant?

 

Claude Prigent: Pour atteindre l’objectif de la loi sur la transition énergétique de 70% de recyclage des déchets du BTP en 2020, deux évolutions sont nécessaires. Les maîtres d’ouvrage, tout d’abord, peuvent accélérer le recyclage en adaptant les appels d’offre liés aux chantiers. Or très peu d’entre eux le font aujourd’hui. Ensuite, la France a pris un virage réglementaire défavorable au recyclage des mâchefers[1] dans les infrastructures routières. Un arrêté de novembre 2011 et un guide du Cerema[2] du printemps 2016 ont remis en cause leur statut de produit alors qu’il n’y a eu aucun problème environnemental. Cette suspicion est dramatique pour notre profession.

 

Des changements sont-ils amorcés?

 

Claude Prigent: La Société du Grand Paris a cherché des solutions alternatives pour le transport des déchets, en particulier par voie d’eau et par voie ferrée. Mais cela reste difficile car leur coût reste plus élevé que celui de la route. Un transport en camion s’élève à environ 7 euros la tonne contre 10 €/t pour le transport fluvial.

 

N’y a-t-il pas un déficit d’installations sur le territoire?

 

Claude Prigent: C’est avant tout l’économie de la déconstruction qui dope le recyclage. Ce n’est pas la réglementation. Il faut donc construire autant de plateformes de tri que de plateformes de recyclage de déchets de chantier. La France est, rappelons-le, le premier producteur de déchets du BTP de l’Union européenne. Le gisement potentiel est énorme.

 



[1] Les mâchefers sont des résidus d’incinération.

[2] Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement

 

 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus