Déchets: agir avant la catastrophe

Le 24 octobre 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'incendie: un des premiers risques
L'incendie: un des premiers risques

Alors qu’une vigilance «crues» a été déclenchée par Météo France dans le nord-est de la France, le Groupe d’expertise et d’intervention déchets post-catastrophe (Geide) a dévoilé, ce 24 octobre, ses bonnes pratiques pour prévenir et gérer les déchets dans des circonstances exceptionnelles.

Après les inondations, l’an dernier, le Geide s’est intéressé cette fois-ci aux feux de forêts, aux incendies industriels, aux cyclones et aux séismes.

 

Ses travaux ont donné naissance à plusieurs guides de bonnes pratiques, destinés aux particuliers, aux collectivités et aux entreprises, qui ont été présentés ce 24 octobre lors d’une conférence de presse à Paris.

 

Pour rappel, le Geide fédère depuis 2006 cinq structures: l’association Robin des Bois, l’Agence de l’environnement et de maîtrise de l’énergie (Ademe), Federec (Fédération des entreprises de recyclage), la Fnade (Fédération nationale des activités de dépollution et de l’environnement) et la FNSA (Fédération nationale des syndicats de l’assainissement et de la maîtrise industrielle).

 

Feux de forêts

 

6.000 communes sont classées à risques mais seulement une centaine de Plans de prévention du risque incendie de forêt (PPRif) ont été approuvés dans l’Hexagone.

 

Chaque année, de 4 à 5.000 départs de feu sont enregistrés, détruisant de 20 à 30.000 hectares de bois, de lande, de maquis, de garrigue ou de tourbière, rappelle le Geide.

 

Ce que l’on sait moins, c’est qu’une fois les flammes maîtrisées par les pompiers, ces incendies laissent derrière eux une couche de cendres et de débris dangereux aussi bien pour l’homme que l’environnement.

 

Rarement effectuées, les analyses de cendres révèlent pourtant un cocktail détonant: phosphore et nitrates provenant de la combustion de la biomasse, mais aussi arsenic, plomb, zinc, chrome, cuivre, antimoine, PCB et dioxines. Autant de substances menaçant l’eau des rivières et des lacs, les terres agricoles, les productions potagères…

 

Le Geide expose ses recommandations pour prévenir ces incendies, empêcher leur propagation, se protéger des fumées, évacuer les cendres et les déchets, lutter contre l’érosion des sols, les glissements de terrain, et les inondations et suivre les impacts sanitaires et environnementaux.

 

Incendies industriels

 

Autre risque majeur à prendre en compte: l’incendie industriel. Un événement malheureusement fréquent, comme le révèle la base de données Aria, qui comptabilise pas moins de 68 incendies dans des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) depuis le début de l'année. Les usines ne sont pourtant pas les seules exposées. Il faut y ajouter les entrepôts industriels ou agricoles, les grandes surfaces commerciales, les installations de déchets, ou encore les véhicules de transport de matières dangereuses. Les établissements Seveso se trouvent bien sûr en première ligne.

 

Là encore, le Geide rappelle ses mesures prioritaires, alors que la grande majorité des contrôles périodiques réalisés auprès des Installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) du régime déclaratif, ont révélé des absences de conformité.

 

Cyclones

 

Le risque cyclonique ne doit pas être oublié. Il touche 107 communes de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Réunion, de Mayotte, de Polynésie française, de Nouvelle-Calédonie, de Wallis-et-Futuna... Selon le Geide, les Antilles françaises risquent d’être frappées par un événement cyclonique tous les quatre ans, en général entre juin et novembre. Le dernier exemple remonte à août 2007 avec le passage du cyclone Dean dans l’arc antillais, qui a produit plus de 900.000 tonnes de déchets. Or, il est possible de s’en protéger, et de gérer au mieux l’eau et les débris.

 

Séismes

 

Contrairement aux idées reçues, le Japon n’a pas le monopole du risque sismique. Pas moins de 21.433 communes ont été classées à risques en France. Les zones les plus menacées se trouvent dans le Sud-est, les Pyrénées, l’Alsace, la Guadeloupe, la Martinique, Saint-Martin et Saint-Barthélémy. Le dernier événement important a été relevé à Bruay-la-Bussière, dans le Nord, en juillet dernier avec une magnitude de 2.8 sur l’échelle de Richter.

 

Dans le monde, les statistiques sur la production de déchets suite à un séisme font frémir: 8 à 10 millions de tonnes à Christchurch en Nouvelle-Zélande (séismes de 2010 et 2011), 23 à 30 Mt à Haïti en 2010, 380 Mt à Sichuan (Chine) en 2008…

Ce risque doit donc être pris en compte dans les règles d’urbanisme et d’aménagement, dans la protection des personnes, mais aussi dans les plans de gestion des déchets.

 

 

 

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus